Astronomie

Comment les astronomes ont-ils pour la plupart (?) accepté de publier des prépublications arXiv avec des revues à comité de lecture ? Y a-t-il eu du recul ?

Comment les astronomes ont-ils pour la plupart (?) accepté de publier des prépublications arXiv avec des revues à comité de lecture ? Y a-t-il eu du recul ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cette réponse excellente, complète et bien documentée à Un événement gravitationnel de microlentille a-t-il déjà été prédit ? Si oui, a-t-il été observé ? comprend quatre liens vers des articles sur les pages adsabs.harvard.edu, et tous ont des préimpressions arXiv.

En fait, un grand nombre de publications renvoient à la version préimprimée arXiv des articles d'astronomie et je soupçonne que la plupart des articles d'astronomie contiennent des prépublications arXiv.

À ma connaissance, cela permet à d'autres astronomes d'accéder plus tôt aux résultats de recherche en cours et de les connaître, ce qui peut permettre au domaine de progresser plus rapidement, et permet également toutes les personnes l'accès au papier sans pénétrer dans un paywall. Cela peut avoir des implications pour les gens qui collectent l'argent qui est payé au mur.

Question: Comment les astronomes ont-ils généralement accepté de faire cela ? Y avait-il beaucoup repousser par des revues astronomiques et/ou par certains auteurs de la communauté astronomique ? Si oui, comment cela a-t-il été résolu ?

Remarque: Cela peut également être d'actualité dans Academia SE, mais je pense que les pools de répondants potentiels et de lecteurs intéressés de ce morceau d'histoire dans le domaine de l'astronomie ici sont substantiels.


XKCD obligatoire, coup de chapeau à @JamesK


C'est la politique habituelle des maisons d'édition (selon leurs termes et conditions) que vous puissiez publier des préimpressions du manuscrit soumis sur des sites Web non commerciaux, non seulement sur arXiv mais aussi sur des sites universitaires et des sites personnels, etc. Et vous pouvez les y conserver. après la publication de l'article, bien que vous deviez alors fournir une référence à la publication de la revue et ajouter un avis de droit d'auteur (car normalement la maison d'édition aurait alors le droit d'auteur).

Cependant, la publication de votre préimpression sur des sites Web commerciaux tels que Researchgate et Academia constituerait généralement une violation de leur accord de droit d'auteur.

Cela vaut non seulement pour les articles d'astronomie, mais aussi dans d'autres domaines.

Cela a bien sûr aussi l'avantage bienvenu que vous pouvez faire « publier » votre article même s'il est rejeté par la revue (ce que de nombreux manuscrits sur arXiv semblent être).

Ainsi, bien qu'il n'y ait rien de complotiste ou même d'illégal à partager votre article de journal sur arXiv (car il est conforme aux politiques des maisons d'édition), il semble vrai qu'Astronomy a l'un des taux de publication arXiv les plus élevés (voir les graphiques dans cet article arXiv (publié ailleurs également)). On ne peut que spéculer sur la raison de cela. Il est intéressant dans ce contexte que Astronomy a également l'un des délais de publication les plus courts (comme indiqué dans le même lien). Peut-être que ces faits sont liés d'une manière ou d'une autre. Il semble que la règle traditionnelle « Publier ou périr » soit particulièrement forte en astronomie, peut-être parce que tout le monde veut revendiquer sa prétention d'être le premier en cas de découverte théorique ou observationnelle (pour laquelle une publication sur arXiv devrait suffire).


C'est une question intéressante, et je pense qu'elle peut être divisée de manière productive en deux parties distinctes, séparant le côté éditeur du côté auteur :

  1. Y a-t-il eu/y a-t-il eu des réticences de la part des revues concernant la publication de versions de pré-publication d'articles sur le Web ?

  2. Pourquoi les auteurs d'articles de recherche en astronomie publient-ils des articles sur arxiv à un rythme relativement élevé ?

La partie 1 est plus facile à répondre, car il y a moins d'acteurs individuels à considérer. Pour autant que je sache, la réponse à cette question est un "non" plat. Comme le note @ProfRob dans un commentaire, il existait une longue tradition de diffusion de prépublications sur papier avant l'existence du Web, il aurait donc probablement été difficile pour les éditeurs d'interdire cette pratique une fois que la diffusion électronique est devenue une possibilité. De nombreux éditeurs de revues sont directement liés à des sociétés professionnelles, et même les revues à but lucratif doivent montrer leur soutien à une large diffusion des idées. Je ne connais aucune revue publiant des recherches en astronomie qui n'autorise pas la publication de prépublications.

Contrairement à ce que l'on entend souvent, les revues les plus en vue comme La science et Nature sont également d'accord avec cette idée ; les deux sont très explicites en énonçant des politiques qui permettent à la fois la publication préalable sur des sites comme arxiv et la libre discussion des résultats lors des réunions. (actuel Nature politique, actuelle La science politique). Ce qu'ils ne permettent pas, c'est que les auteurs discutent des résultats avec la presse avant la publication. Nature semble en particulier souligner l'importance des prépublications ; ils ont publié leur premier éditorial dessus en 1997, et ils semblent publier des articles toutes les quelques années qui disent, en fait, "non vraiment, ça va."

La partie 2 est plus difficile à répondre, tout comme toute question sur la raison pour laquelle une pratique évolue dans un contexte particulier qui implique des décisions individuelles de nombreuses personnes différentes d'adhérer à une norme non énoncée.

J'ai d'abord pensé vérifier s'il est vraiment vrai que l'astronomie est différente des autres sciences physiques dans son utilisation des prépublications. L'article lié à la réponse de @Thomas suggère que l'astro est plutôt élevée (au moins depuis 2011) dans l'utilisation d'arxiv. J'ai fait ma propre vérification ponctuelle avec quelques requêtes ADS. Pour faire simple, j'ai juste choisi quelques journaux. Au cours des années 2015-2019, cette requête ADS montre qu'il y a eu un total de 24 634 articles référencés publiés dans Le Journal d'Astrophysique et Astronomie & Astrophysique (pour choisir une grande revue américaine et une grande revue européenne). Parmi ceux-ci, 21 568 ont des préimpressions disponibles sur arxiv. (Vous obtenez cela en ajoutant la qualification "property:eprint_openaccess" à la requête.) Cela représente donc près de 88% des articles, ce qui semble effectivement élevé. Pour comparer à un autre sous-domaine, j'ai choisi la revue Examen physique B (qui publie des articles sur la physique de la matière condensée, puisque je sais qu'il existe une section cond-mat d'arxiv), donnant 25 952 articles, dont 16 936 ont des prépublications arxiv. C'est donc 65%, toujours assez élevé, mais un peu inférieur à l'astronomie.

Alors, pourquoi cela pourrait-il être? Je suppose qu'une partie de la réponse pourrait résider dans la création de l'ADS, et en particulier du projet ADS pour analyser toute la littérature de recherche astronomique précédente et la rendre disponible gratuitement en ligne. Cela permettait de s'asseoir à son bureau et de faire toutes ses recherches bibliographiques, plutôt que d'aller à la bibliothèque. Une fois que les gens se sont habitués à faire cela, il était naturel de vouloir le faire aussi pour la littérature plus récente. Bien sûr, ces articles publiés par voie électronique étaient probablement disponibles pour de nombreux chercheurs directement auprès de l'éditeur, via leurs institutions d'origine, mais cet accès numérique précoce était assez hétérogène selon les revues et parfois pas si fluide. Cela a peut-être contribué à ce que les gens veuillent mettre des papiers sur arxiv pour les rendre plus disponibles.

C'est certainement plus compliqué que cela, mais je pense que l'existence de l'ADS (y compris son indexation d'arxiv) peut avoir fait une différence dans l'adoption plus précoce / plus complète de la diffusion électronique en astronomie par rapport à d'autres domaines.

Une chose connexe qui me semble intéressante est que l'utilisation d'arxiv en astronomie est maintenant devenue si omniprésente que certains chercheurs considèrent que publier sur arxiv est important non seulement pour tôt visibilité, mais pour la visibilité du tout. J'entends par là que les publications quotidiennes d'arxiv sont devenues, pour beaucoup, la façon dont ils se renseignent sur la nouvelle littérature, supplantant le rôle des services de table des matières des revues. Je ne sais pas à quel point la pratique est répandue (et je suis sûr qu'il y a des différences générationnelles), mais j'ai certainement entendu des gens dire qu'arxiv est la seule ressource qu'ils utilisent pour se tenir régulièrement au courant des nouveaux articles publiés. En d'autres termes, il y a un sens dans lequel la simple publication de votre article dans une revue à comité de lecture n'est pas suffisante pour le rendre pleinement visible pour la communauté, du moins pas à court terme (bien que les gens le trouveront probablement plus tard dans des recherches bibliographiques).

Pour vérifier cette idée, je suis retourné aux recherches d'astronomie ADS référencées ci-dessus et j'ai examiné les numéros de citation. Les 21 568 articles avec des prépublications arxiv ont un total de 532 493 citations, tandis que les 24 634 articles au total comptent 561 738 citations. En soustrayant, cela signifie que les 3 066 articles sans pour autant les prépublications d'arxiv ont 29 245 citations. En regardant le nombre moyen de citations par article, cela signifie que les articles arxiv preprint ont en moyenne 24,6 citations par article, tandis que les articles non arxiv-preprint ont en moyenne 9,5 citations par article. C'est une différence si énorme que je me demande s'il y a un facteur de confusion que je ne considère pas - j'encourage les autres à vérifier les chiffres et/ou à essayer d'autres recherches. Mais si c'est vrai, c'est un effet énorme, et confirme l'idée qu'arxiv joue un rôle important dans la communauté dans la visibilité de la recherche en général, pas seulement dans l'accès précoce.

Enfin, je noterai que l'importance d'arxiv est maintenant si complète que vous voyez même une lettre ouverte des éditeurs de revues AAS à arxiv, leur demandant d'inclure les notes de recherche de l'AAS (une nouvelle publication de courts articles sans comité de lecture) dans l'arxiv. Il y a eu une discussion en cours à ce sujet, depuis que les modérateurs d'arxiv ont commencé (principalement) à rejeter les publications arxiv d'articles RNAAS.


Rien que de penser à la réticence des journaux (et ce n'est donc que de la spéculation). Le nombre de revues d'astronomie "principales" est faible, ApJ (dirigé par la société américaine d'astronomie), MNRAS (dirigé par la société royale d'astronomie) et A&A (une organisation paneuropéenne). Il existe bien sûr d'autres revues (nature, science, Phys rev, etc.) mais la plupart des articles que j'attends sont publiés dans l'un de ces trois groupes (je regroupe les différentes lettres et revues supplémentaires).

Deux de ces revues sont gérées par des sociétés d'astronomie, et la troisième était une fusion de divers efforts d'édition européens. L'arixiv est un excellent moyen de diffuser la recherche en astronomie et d'aider les sociétés à remplir leur mission de promotion de l'astronomie. Je pense également qu'être dirigé par des sociétés scientifiques signifie qu'il y a moins de pression pour générer de gros profits avec les revues. Ainsi, l'arxiv serait moins considéré comme un problème/un concurrent dans le « vol » des revenus potentiels d'un journal.


Édition académique

Édition académique est le sous-domaine de l'édition qui distribue la recherche universitaire et l'érudition. La plupart des travaux universitaires sont publiés dans des articles de revues universitaires, des livres ou des thèses. La partie de la production écrite universitaire qui n'est pas officiellement publiée mais simplement imprimée ou publiée sur Internet est souvent appelée « littérature grise ». La plupart des revues scientifiques et savantes, et de nombreux livres universitaires et savants, mais pas tous, sont basés sur une certaine forme d'examen par les pairs ou d'arbitrage éditorial pour qualifier les textes à publier. Les normes de qualité et de sélectivité des évaluations par les pairs varient considérablement d'une revue à l'autre, d'un éditeur à l'autre et d'un domaine à l'autre.

La plupart des disciplines universitaires établies ont leurs propres revues et autres débouchés pour la publication, bien que de nombreuses revues universitaires soient quelque peu interdisciplinaires et publient des travaux de plusieurs domaines ou sous-domaines distincts. Les revues existantes ont également tendance à se diviser en sections spécialisées à mesure que le domaine lui-même se spécialise. Parallèlement à la variation des procédures d'examen et de publication, les types de publications qui sont acceptées comme contributions à la connaissance ou à la recherche diffèrent considérablement selon les domaines et sous-domaines. En sciences, le désir de résultats statistiquement significatifs conduit à un biais de publication. [1]

L'édition académique est en pleine mutation car elle passe du format papier au format électronique. Les modèles commerciaux sont différents dans l'environnement électronique. Depuis le début des années 90, les licences de ressources électroniques, en particulier de revues, sont très courantes. Une tendance importante, notamment en ce qui concerne les revues scientifiques, est le libre accès via Internet. En édition en libre accès, un article de revue est mis à disposition gratuitement pour tous sur le web par l'éditeur au moment de la publication. Les revues ouvertes et fermées sont parfois financées par l'auteur qui paie des frais de traitement de l'article, transférant ainsi certains frais du lecteur au chercheur ou à son bailleur de fonds. De nombreuses revues ouvertes ou fermées financent leurs opérations sans de tels frais et d'autres les utilisent dans des publications prédatrices. L'Internet a facilité l'auto-archivage en libre accès, dans lequel les auteurs eux-mêmes rendent une copie de leurs articles publiés disponible gratuitement pour tous sur le Web. [2] [3] Certains résultats importants en mathématiques n'ont été publiés que sur arXiv. [4] [5] [6]


Contenu

Pendant de nombreuses années, un problème croissant dans la recherche astronomique (comme dans d'autres disciplines universitaires) était que le nombre d'articles publiés dans les principales revues astronomiques augmentait régulièrement, ce qui signifie que les astronomes pouvaient lire de moins en moins les derniers résultats de la recherche. Au cours des années 1980, les astronomes ont vu que les technologies naissantes qui constituaient la base d'Internet pourraient éventuellement être utilisées pour créer un système d'indexation électronique des documents de recherche astronomique qui permettrait aux astronomes de se tenir au courant d'un éventail beaucoup plus large de recherches. [3]

La première suggestion d'une base de données de résumés d'articles de revues a été faite lors d'une conférence sur Astronomie à partir de grandes bases de données tenue à Garching bei München en 1987. Le développement initial d'un système électronique pour accéder aux résumés astrophysiques a eu lieu au cours des deux années suivantes en 1991, des discussions ont eu lieu sur la façon d'intégrer l'ADS avec la base de données SIMBAD, contenant toutes les désignations de catalogue disponibles pour les objets en dehors de l'espace solaire. système, pour créer un système où les astronomes pourraient rechercher tous les articles écrits sur un objet donné. [1]

Une première version d'ADS, avec une base de données composée de 40 articles, a été créée comme preuve de concept en 1988, et la base de données ADS a été connectée avec succès à la base de données SIMBAD à l'été 1993. Les créateurs pensaient que c'était la première utilisation de Internet pour permettre l'interrogation simultanée des bases de données scientifiques transatlantiques. Jusqu'en 1994, le service était disponible via un logiciel réseau propriétaire, mais il a été transféré sur le World Wide Web naissant au début de cette année. Le nombre d'utilisateurs du service a quadruplé dans les cinq semaines suivant l'introduction du service Web ADS. [1]

Au début, les articles de revues disponibles via ADS étaient des bitmaps numérisés créés à partir des revues papier, mais à partir de 1995, le Journal d'astrophysique a commencé à publier une édition en ligne, bientôt suivie par les autres principales revues telles que Astronomie et astrophysique et le Avis mensuels de la Royal Astronomical Society. ADS a fourni des liens vers ces éditions électroniques dès leur première apparition. Depuis 1995 environ, le nombre d'utilisateurs d'ADS a doublé environ tous les deux ans. ADS a maintenant des accords avec presque toutes les revues astronomiques, qui fournissent des résumés. Des articles numérisés remontant au début du XIXe siècle sont disponibles via le service, qui contient désormais plus de huit millions de documents. Le service est distribué dans le monde entier, avec douze sites miroirs dans douze pays sur cinq continents, avec la base de données synchronisée au moyen de mises à jour hebdomadaires à l'aide de rsync, un utilitaire de mise en miroir qui permet de mettre à jour uniquement les parties de la base de données qui ont changé. Toutes les mises à jour sont déclenchées de manière centralisée, mais elles lancent des scripts sur les sites miroirs qui « extraient » les données mises à jour des principaux serveurs ADS. [4]

Les articles sont indexés dans la base de données par leur notice bibliographique, contenant les détails de la revue dans laquelle ils ont été publiés et diverses métadonnées associées, telles que les listes d'auteurs, les références et les citations. À l'origine, ces données étaient stockées au format ASCII, mais les limitations de ce format ont finalement encouragé les responsables de la base de données à migrer toutes les notices vers un format XML (Extensible Markup Language) en 2000. Les notices bibliographiques sont désormais stockées sous forme d'élément XML, avec des sous-éléments pour les différentes métadonnées. [4]

Depuis l'avènement des éditions en ligne des revues, les résumés sont chargés dans l'ADS au plus tard à la date de publication des articles, le texte intégral de la revue étant disponible pour les abonnés. Des articles plus anciens ont été scannés et un résumé est créé à l'aide d'un logiciel de reconnaissance optique de caractères. Les articles numérisés d'avant 1995 environ sont généralement disponibles gratuitement, en accord avec les éditeurs de la revue. [5]

Les articles scannés sont stockés au format TIFF, en moyenne et haute résolution. Les fichiers TIFF sont convertis à la demande en fichiers GIF pour une visualisation à l'écran et en fichiers PDF ou PostScript pour l'impression. Les fichiers générés sont ensuite mis en cache pour éliminer les régénérations inutilement fréquentes pour les articles populaires. En 2000, ADS contenait 250 Go de scans, qui se composaient de 1 128 955 pages d'articles comprenant 138 789 articles. En 2005, cela avait augmenté à 650 Go, et on s'attend à ce qu'il augmente encore, à environ 900 Go d'ici 2007. [5] Aucune autre information n'a été publiée.

La base de données ne contenait initialement que des références astronomiques, mais s'est maintenant agrandie pour incorporer trois bases de données, couvrant les références d'astronomie (y compris les sciences planétaires et la physique solaire), les références de physique (y compris l'instrumentation et les géosciences), ainsi que les prépublications d'articles scientifiques d'arXiv. La base de données d'astronomie est de loin la plus avancée et son utilisation représente environ 85 % de l'utilisation totale de l'ADS. Les articles sont affectés aux différentes bases de données en fonction du sujet plutôt que de la revue dans laquelle ils sont publiés, de sorte que les articles d'une même revue puissent apparaître dans les trois bases de données thématiques. La séparation des bases de données permet d'adapter la recherche dans chaque discipline, de sorte que les mots puissent automatiquement se voir attribuer différentes fonctions de pondération dans différentes recherches de bases de données, en fonction de leur fréquence dans le domaine concerné. [4]

Les données des archives de préimpression sont mises à jour quotidiennement à partir d'arXiv, le principal référentiel de prépublications de physique et d'astronomie. L'avènement des serveurs de préimpression a, comme l'ADS, un impact significatif sur le taux de recherche astronomique, car les articles sont souvent mis à disposition à partir de serveurs de préimpression des semaines ou des mois avant leur publication dans les revues. L'incorporation de prépublications de arXiv dans ADS signifie que le moteur de recherche peut renvoyer les recherches les plus récentes disponibles, avec la mise en garde que les prépublications peuvent ne pas avoir été révisées par des pairs ou relues selon la norme requise pour la publication dans les principales revues. La base de données d'ADS relie les prépublications aux articles publiés ultérieurement dans la mesure du possible, de sorte que les recherches de citations et de références renvoient des liens vers l'article de revue où la prépublication a été citée. [6]

Le logiciel fonctionne sur un système qui a été écrit spécifiquement pour lui, permettant une personnalisation étendue pour les besoins astronomiques qui n'auraient pas été possibles avec un logiciel de base de données à usage général. Les scripts sont conçus pour être aussi indépendants que possible de la plate-forme, étant donné la nécessité de faciliter la mise en miroir sur différents systèmes à travers le monde, bien que l'utilisation croissante de Linux comme système d'exploitation de choix en astronomie ait conduit à une optimisation croissante des scripts pour l'installation sur cette plate-forme. [4]

Le serveur ADS principal est situé au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics à Cambridge, Massachusetts, et est un double serveur Intel X86 64 bits avec deux processeurs quad-core 3.0 GHz et 32 ​​Go de RAM, exécutant la distribution Linux CentOS 5.4. [5] Les miroirs sont situés au Brésil, en Chine, au Chili, en France, en Allemagne, en Inde, en Indonésie, au Japon, en Russie, en Corée du Sud, au Royaume-Uni et en Ukraine. [7]

L'ADS reçoit actuellement des résumés ou des tables des matières de près de deux cents sources de revues. Le service peut recevoir des données se rapportant au même article à partir de plusieurs sources et crée une référence bibliographique basée sur les données les plus précises de chaque source. L'utilisation commune de TeX et LaTeX par presque toutes les revues scientifiques facilite grandement l'incorporation de données bibliographiques dans le système dans un format standardisé, et l'importation d'articles Web codés en HTML est également simple. ADS utilise des scripts Perl pour importer, traiter et standardiser les données bibliographiques. [4]

La tâche apparemment banale de convertir les noms d'auteurs en un standard Nom, Initiale Le format est en fait l'un des plus difficiles à automatiser, en raison de la grande variété de conventions de nommage dans le monde et de la possibilité qu'un prénom tel que Davis puisse être un prénom, un deuxième prénom ou un nom de famille. La conversion précise des noms nécessite une connaissance détaillée des noms des auteurs actifs en astronomie, et ADS maintient une vaste base de données de noms d'auteurs, qui est également utilisée dans la recherche dans la base de données (voir ci-dessous).

Pour les articles électroniques, une liste des références données en fin d'article est facilement extraite. Pour les articles scannés, l'extraction des références repose sur l'OCR. La base de données de référence peut ensuite être « inversée » pour répertorier les citations de chaque article de la base de données. Les listes de citations ont été utilisées dans le passé pour identifier les articles populaires manquants dans la base de données, la plupart datant d'avant 1975 et ont maintenant été ajoutés au système.

La base de données contient désormais plus de huit millions d'articles. Dans les cas des grandes revues d'astronomie (Journal d'astrophysique, Journal astronomique, Astronomie et astrophysique, Publications de la Société d'astronomie du Pacifique et le Avis mensuels de la Royal Astronomical Society), la couverture est complète, avec tous les numéros indexés du numéro 1 au présent. Ces revues représentent environ les deux tiers des articles de la base de données, le reste étant constitué d'articles publiés dans plus de 100 autres revues du monde entier, ainsi que dans des actes de conférence. [5]

Alors que la base de données contient le contenu complet de toutes les revues majeures et de nombreuses revues mineures, sa couverture des références et des citations est beaucoup moins complète. Les références et citations d'articles dans les principales revues sont assez complètes, mais des références telles que « communication privée », « sous presse » ou « en préparation » ne peuvent pas être mises en correspondance, et les erreurs d'auteur dans les listes de références introduisent également des erreurs potentielles. Les articles astronomiques peuvent citer et être cités par des articles dans des revues qui ne relèvent pas du champ d'application de l'ADS, telles que des revues de chimie, de mathématiques ou de biologie. [8]

Depuis sa création, l'ADS a développé un moteur de recherche très complexe pour interroger les bases de données d'abrégés et d'objets. Le moteur de recherche est conçu sur mesure pour rechercher des résumés astronomiques, et le moteur et son interface utilisateur supposent que l'utilisateur connaît bien l'astronomie et est capable d'interpréter les résultats de la recherche qui sont conçus pour renvoyer plus que les articles les plus pertinents. La base de données peut être interrogée sur les noms d'auteurs, les noms d'objets astronomiques, les mots du titre et les mots du texte abstrait, et les résultats peuvent être filtrés selon un certain nombre de critères. Il fonctionne en rassemblant d'abord les synonymes et en simplifiant les termes de recherche comme décrit ci-dessus, puis en générant un "fichier inversé", qui est une liste de tous les documents correspondant à chaque terme de recherche. La logique et les filtres sélectionnés par l'utilisateur sont ensuite appliqués à cette liste inversée pour générer les résultats de recherche finaux. [9]

Demandes de nom d'auteur Modifier

Le système indexe les noms d'auteurs par nom de famille et initiales, et rend compte des variations possibles dans l'orthographe des noms à l'aide d'une liste de variations. Ceci est courant dans le cas de noms comprenant des accents tels que des trémas et des translittérations de l'alphabet arabe ou cyrillique. Voici un exemple d'entrée dans la liste des synonymes d'auteur :

AFANASJEV, V AFANAS'EV, V AFANAS'IEV, V AFANASEV, V AFANASYEV, V AFANS'IEV, V AFANSEV, V

Recherches de nom d'objet Modifier

La capacité de rechercher des articles sur des objets astronomiques spécifiques est l'un des outils les plus puissants d'ADS. Le système utilise les données du SIMBAD, de la base de données extragalactique de la NASA/IPAC, des circulaires de l'Union astronomique internationale et du Lunar and Planetary Institute pour identifier les articles faisant référence à un objet donné, et peut également effectuer une recherche par position d'objet, en répertoriant les articles concernant des objets dans un Rayon de 10 minutes d'arc d'une ascension droite et d'une déclinaison données. Ces bases de données combinent les nombreuses désignations de catalogue qu'un objet peut avoir, de sorte qu'une recherche des Pléiades trouvera également des articles qui répertorient le célèbre amas ouvert du Taureau sous l'une de ses autres désignations de catalogue ou noms populaires, tels que M45, les Sept Sœurs ou Melotte 22. [10]

Recherches de titres et de résumés Modifier

Le moteur de recherche filtre d'abord les termes de recherche de plusieurs manières. Un M suivi d'un espace ou d'un tiret a l'espace ou le tiret supprimé, de sorte que la recherche d'objets du catalogue Messier est simplifiée et qu'une entrée utilisateur de M45, M 45 ou M-45 entraîne l'exécution de la même requête de la même manière, les désignations NGC et les termes de recherche courants tels que Shoemaker Levy et T Tauri sont dépourvus d'espaces. Les mots sans importance tels que AT, OR et TO sont supprimés, bien que dans certains cas, la sensibilité à la casse soit maintenue, de sorte que tout en unend est ignoré, UNEnd est converti en "Andromède", et Her est converti en "Herculis", mais heuh est ignoré. [11]

Remplacement de synonyme Modifier

Une fois que les termes de recherche ont été prétraités, la base de données est interrogée avec le terme de recherche révisé, ainsi que ses synonymes. En plus du simple remplacement de synonymes comme la recherche de formes plurielles et singulières, ADS recherche également un grand nombre de synonymes spécifiquement astronomiques. Par exemple, spectrographe et spectroscope ont fondamentalement la même signification, et dans un contexte astronomique, métallicité et abondance sont également synonymes. La liste de synonymes d'ADS a été créée manuellement, en regroupant la liste de mots dans la base de données selon des significations similaires. [4]

En plus des synonymes en anglais, ADS recherche également des traductions en anglais de termes de recherche étrangers et vice versa, de sorte qu'une recherche du mot français soleil récupère les références à Sun, et les articles dans des langues autres que l'anglais peuvent être renvoyés par des termes de recherche en anglais.

Le remplacement de synonyme peut être désactivé si nécessaire, de sorte qu'un terme rare qui est synonyme d'un terme beaucoup plus courant (tel que « dateline » plutôt que « date ») puisse être recherché spécifiquement.

Logique de sélection Modifier

Le moteur de recherche permet une logique de sélection à la fois dans les champs et entre les champs. Les termes de recherche dans chaque champ peuvent être combinés avec OU, ET, logique simple ou logique booléenne, et l'utilisateur peut spécifier quels champs doivent être mis en correspondance dans les résultats de la recherche. Cela permet de construire des recherches complexes par exemple, l'utilisateur pourra rechercher des articles concernant NGC 6543 OU NGC 7009, avec les titres d'articles contenant (rayon OU vitesse) ET NON (abondance OU température).

Filtrage des résultats Modifier

Les résultats de la recherche peuvent être filtrés selon un certain nombre de critères, notamment en spécifiant une plage d'années telle que « 1945 à 1975 », « 2000 à nos jours » ou « avant 1900 », et dans quel type de revue l'article apparaît - non -les articles évalués par des pairs tels que les actes de conférence peuvent être exclus ou recherchés spécifiquement, ou des revues spécifiques peuvent être incluses ou exclues de la recherche.

Bien qu'il ait été conçu comme un moyen d'accéder aux résumés et aux articles, ADS fournit une quantité substantielle d'informations auxiliaires ainsi que des résultats de recherche. Pour chaque résumé renvoyé, des liens sont fournis vers d'autres articles de la base de données qui sont référencés et qui citent l'article, et un lien est fourni vers une préimpression, lorsqu'elle existe. Le système génère également un lien vers les articles « également lus », c'est-à-dire ceux qui ont été le plus souvent consultés par ceux qui lisent l'article. De cette façon, un utilisateur d'ADS peut déterminer quels articles sont les plus intéressants pour les astronomes qui s'intéressent au sujet d'un article donné. [9]

Des liens vers les bases de données de noms d'objets SIMBAD et/ou NASA Extragalactic Database sont également renvoyés, via lesquels un utilisateur peut rapidement trouver des données d'observation de base sur les objets analysés dans un article, et trouver d'autres articles sur ces objets.

L'ADS est presque universellement utilisé comme outil de recherche parmi les astronomes, et plusieurs études ont estimé quantitativement à quel point l'ADS a rendu l'astronomie plus efficace. On a estimé que l'ADS a augmenté l'efficacité de la recherche astronomique de 333 années de recherche équivalentes à temps plein par an, [1] et un autre a constaté qu'en 2002, son effet était équivalent à 736 chercheurs à temps plein, soit l'ensemble des recherches astronomiques réalisées en France. [2] L'ADS a permis d'effectuer en quelques secondes des recherches documentaires qui auraient auparavant pris des jours ou des semaines, et on estime que l'ADS a multiplié par trois le lectorat et l'utilisation de la littérature astronomique depuis sa création. . [2]

En termes monétaires, cette augmentation de l'efficacité représente un montant considérable. Il y a environ 12 000 chercheurs en astronomie actifs dans le monde, donc l'ADS est l'équivalent d'environ 5 % de la population active des astronomes. Le budget mondial de la recherche astronomique est estimé entre 4 000 et 5 000 millions de dollars US, [12] donc la valeur de l'ADS pour l'astronomie serait d'environ 200 à 250 millions de dollars US par an. Son budget de fonctionnement ne représente qu'une petite fraction de ce montant. [2]

La grande importance de l'ADS pour les astronomes a été reconnue par les Nations Unies, dont l'Assemblée générale a félicité l'ADS pour son travail et son succès, notant en particulier son importance pour les astronomes du monde en développement, dans les rapports du Comité des Nations Unies sur la paix Utilisations de l'espace extra-atmosphérique. Un rapport de 2002 d'un comité de visite au Center for Astrophysics, a déclaré que le service avait "révolutionné l'utilisation de la littérature astronomique" et était "probablement la contribution la plus précieuse à la recherche en astronomie que le CfA ait apportée au cours de sa vie. ". [13]

Parce qu'il est utilisé presque universellement par les astronomes, l'ADS peut révéler beaucoup de choses sur la façon dont la recherche astronomique est répartie dans le monde. La plupart des utilisateurs accèdent au système à partir des établissements d'enseignement supérieur, dont l'adresse IP peut facilement être utilisée pour déterminer l'emplacement géographique de l'utilisateur. Des études révèlent que les plus grands utilisateurs d'ADS par habitant sont les astronomes basés en France et aux Pays-Bas, et bien que les pays plus développés (mesurés par le PIB par habitant) utilisent le système plus que les pays moins développés, la relation entre le PIB par habitant et l'utilisation d'ADS n'est pas linéaire. La fourchette d'utilisation de l'ADS par habitant dépasse de loin la fourchette des PIB par habitant, et la recherche fondamentale menée dans un pays, telle que mesurée par l'utilisation de l'ADS, s'est avérée proportionnelle au carré du PIB du pays divisé par sa population. [2]

Les statistiques d'utilisation de l'ADS suggèrent également que les astronomes des pays plus développés ont tendance à être plus productifs que ceux des pays moins développés. La quantité de recherche fondamentale effectuée est proportionnelle au nombre d'astronomes dans un pays multiplié par le PIB par habitant. Les statistiques impliquent également que les astronomes des cultures européennes effectuent environ trois fois plus de recherches que ceux des cultures asiatiques, suggérant peut-être des différences culturelles dans l'importance accordée à la recherche astronomique. [2]

L'ADS a également été utilisé pour montrer que la fraction des articles d'astronomie à auteur unique a considérablement diminué depuis 1975 et que les articles d'astronomie avec plus de 50 auteurs sont devenus plus courants depuis 1990. [14]


La réalité du libre accès

Conçue pour rendre la recherche disponible gratuitement en ligne pour que tout le monde puisse la lire, la publication en libre accès est désormais inscrite dans la politique officielle du gouvernement. Mais il y a encore beaucoup de confusion sur la meilleure façon de la mettre en œuvre, car Michael Banks explique

“Aventuriers du monde, nous avons perdu un sage aîné. Hackers pour le droit, nous sommes un down. Parents tous, nous avons perdu un enfant. Laissons-nous pleurer. » Ainsi a tweeté le créateur du World Wide Web, Tim Berners-Lee à 16h57/160h. le 12 janvier. Juste un jour plus tôt, Aaron Swartz, un activiste Internet de 26 ans, avait été retrouvé mort dans son appartement de Brooklyn, à New York, soupçonné de s'être suicidé.

Un peu comme Berners-Lee lui-même, Swartz était vénéré pour être un prodigieux programmeur informatique. Alors qu'il n'avait que 14 ans, Swartz avait co-écrit une première version du populaire outil Internet RSS et est devenu plus tard le cerveau derrière Reddit – un site Web social et de divertissement qui est devenu un lieu d'activisme sur Internet.

Pourtant, Swartz avait une autre passion. En juillet 2008, il a publié son « manifeste de guérilla en libre accès », avertissant que la science était « enfermée » par les grandes entreprises. “Nous devons prendre des informations, où qu'elles soient stockées, faire nos copies et les partager avec le monde. Nous devons retirer les éléments du droit d'auteur et les ajouter aux archives, a déclaré Swartz. “Nous devons télécharger des revues scientifiques et les télécharger sur des réseaux de partage de fichiers.”

C'est cet appel aux armes et le leadership de Swartz dans celui-ci qui lui ont causé des ennuis. Le 6 janvier 2011, Swartz a été inculpé de deux chefs d'accusation de fraude électronique et de 11 violations de la loi américaine sur la fraude et les abus informatiques. Il aurait fait irruption dans les serveurs du Massachusetts Institute of Technology et aurait téléchargé quelque 4,8 millions de documents de JSTOR, une organisation à but non lucratif qui octroie une licence au droit de numériser des revues et des livres universitaires auprès d'éditeurs, puis les vend aux bibliothèques. pour récupérer ses frais. Les charges retenues contre Swartz étaient passibles d'une peine maximale de 35 ans de prison et d'une amende de plus d'un million de dollars.

La réponse au suicide de Swartz - soupçonné d'avoir été provoqué par cette peine imminente - a suscité de nouveaux appels à davantage de recherches scientifiques en "accès ouvert" ou à lecture gratuite en ligne. Il a alimenté un Twitter campagne, #pdftribute, appelant les chercheurs à publier des PDF de leurs travaux en ligne pour que tout le monde puisse les lire. L'effet que Swartz a eu sur le mouvement du libre accès a été souligné deux mois après sa mort lorsqu'il a reçu à titre posthume le prix James Madison de l'American Library Association pour avoir été un ardent défenseur de la participation du public au gouvernement et [pour] un accès illimité à articles scientifiques évalués par des pairs”.

Il serait tentant, depuis la mort de Swartz, de voir le libre accès comme une bataille polarisée opposant l'industrie de l'édition scientifique à l'individu, mais la publication en libre accès est une question beaucoup plus subtile et qui était sous les feux de la rampe. bien avant que Swartz ne fasse l'actualité. En décembre 2001, un groupe de 13 chercheurs a élaboré la Budapest Open Access Initiative, une déclaration publique de principes relative au libre accès qui, en juillet 2012, avait été signée par quelque 5645 individus et 630 organisations. Le libre accès s'est développé lentement au cours de la dernière décennie et selon le Directory of Open Access Journals, il existe maintenant quelque 9 000 revues en libre accès dans toutes les disciplines scientifiques (bien que beaucoup publient peu d'articles) dont environ 90 en physique.

Le passage au libre accès n'a pas été jusqu'à présent particulièrement facile, mais la publication d'articles de recherche de cette manière semble être là pour rester. Au cours des dernières années, la Commission européenne (CE), le Royaume-Uni et les États-Unis ont tous publié des politiques visant à augmenter encore le nombre d'articles en libre accès, les conseils de financement apportant également leur soutien au mouvement. Pourtant, alors que la plupart conviendraient que le libre accès aide à diffuser la recherche, il y a eu beaucoup de confusion quant à la meilleure façon de mettre en œuvre les politiques de libre accès et de nombreuses différences sont apparues entre les agences de financement et les pays.

Accéder à la recherche

L'édition scientifique remonte à 1665 lorsque les Français Journal des sçavans et le Transactions philosophiques de la Royal Society a commencé à publier des recherches scientifiques. L'examen par les pairs est au cœur du fonctionnement de presque toutes les revues. Il s'agit d'un scientifique soumettant un article à la revue, qui le fait arbitrer par une ou plusieurs personnes non impliquées dans le travail, qui jugent si l'article est scientifiquement crédible et approprié pour la revue à laquelle il a été soumis (voir “The valeur que les éditeurs apportent”). Traditionnellement, la soumission des articles est gratuite, l'éditeur propriétaire de la revue payant ses frais de fonctionnement en facturant des abonnements, qui sont généralement payés par les bibliothèques universitaires.

Alors que ce modèle d'édition a parfaitement servi à la fois les scientifiques et les éditeurs pendant des siècles, la croissance d'Internet a déclenché une révolution numérique qui a bouleversé l'industrie de l'édition scientifique. N'étant plus lié par l'imprimé, le contenu des revues a commencé à apparaître en ligne et les chercheurs ont commencé à tomber sur des revues auxquelles leur institution n'avait aucun abonnement. Ainsi, alors que le résumé pouvait être librement consulté, le document principal était, pour eux, coincé derrière un mur payant.

Parallèlement à cet inconvénient, il y avait aussi une colère croissante que les grands éditeurs commerciaux faisaient de beaux retours. Une analyse réalisée en 2008 par Cambridge Economic Policy Associates a estimé que les marges bénéficiaires dans l'édition scientifique étaient d'environ 20 % pour les « éditeurs de la société » ceux appartenant à des organismes professionnels », mais d'environ 35 % pour les entreprises commerciales. Les éditeurs augmentant les abonnements aux revues, dans certains cas bien au-dessus du taux d'inflation, le modèle traditionnel de publication a été mis en lumière. Les chercheurs ne voyaient pas pourquoi les contribuables devraient financer des scientifiques pour faire de la recherche, puis « par le biais des budgets des bibliothèques universitaires » seraient facturés pour accéder à cette recherche pour laquelle ils avaient déjà payé.Étant donné que les chercheurs ne sont pas non plus payés pour effectuer une évaluation par les pairs, beaucoup ont commencé à voir les éditeurs comme un ennemi avide et manipulateur.

Pourtant, l'une des raisons de la hausse des prix a été la croissance de 4 % par an du nombre d'articles publiés depuis les années 1960. Il existe maintenant des centaines de revues en physique seulement et en 2010, 116 000 articles ont été publiés en physique, selon le Science Citation Index, qui fait partie de la base de données Web of Science de Thomson Reuters. De plus, les chercheurs en sont venus à s'appuyer sur l'industrie de l'édition, ayant besoin de publier des articles dans des revues correctement évaluées par des pairs pour faire avancer leur carrière et s'assurer que leurs recherches sont clairement communiquées, peuvent être facilement découvertes et archivées en toute sécurité.

Mais bon nombre des avantages de l'industrie de l'édition ne tiennent pas compte de certains chercheurs. En janvier 2012, par exemple, le mathématicien de l'Université de Cambridge et lauréat de la médaille Fields Timothy Gowers a créé une pétition sur le « coût de la connaissance » appelant les chercheurs à boycotter l'éditeur néerlandais Elsevier pour ses « prix exorbitants pour les abonnements aux particuliers. revues”. La pétition a depuis été signée par quelque 13 000 personnes. Un mois plus tard, 34 universitaires, dont Gowers, ont rédigé une déclaration sur les raisons du boycott, soulignant la diminution des coûts de distribution et affirmant que les scientifiques font maintenant de toute façon la plupart de la composition de leurs articles (un fait contesté par éditeurs). "Elsevier et Springer ainsi qu'un certain nombre d'autres éditeurs commerciaux exploitent tous notre travail bénévole pour extraire de très gros bénéfices de la communauté universitaire", se sont plaints les auteurs. “Ils fournissent une certaine valeur dans le processus, mais rien de tel pour justifier leurs prix.”

L'astronome Peter Coles de l'Université du Sussex est un autre critique virulent de l'industrie de l'édition scientifique. “Les éditeurs veulent des frais beaucoup plus élevés que [le coût réel de la publication d'un article sur Internet] parce qu'ils veulent maintenir leurs marges bénéficiaires alléchantes, malgré le fait que le ‘service’ qu'ils fournissent est devenu totalement obsolète par les technologies numériques, a déclaré Coles sur son blog Dans le noir plus tôt cette année. Pourtant, les éditeurs ont riposté, soulignant que les scientifiques ne comprennent souvent pas le fonctionnement de l'industrie de l'édition et soulignant les nombreuses fonctions précieuses et coûteuses qu'ils fournissent à la communauté scientifique. En plus du processus souvent complexe de gestion de l'examen par les pairs, ceux-ci incluent tout, du développement et de la maintenance des systèmes informatiques à la vérification des documents via un logiciel de détection de plagiat, dont aucun n'est bon marché (voir « La valeur qu'apportent les éditeurs »).

Vers l'or

La physique est souvent considérée comme une pionnière de l'édition en libre accès. Après tout, depuis 1991, les physiciens peuvent publier leurs articles avant qu'ils ne soient envoyés à un journal pour examen par les pairs sur le site d'accès gratuit arXiv serveur de préimpression. Les coûts de 820 000 $ par an du site Web sont principalement financés par l'Université Cornell ainsi que par la Fondation Simons, un organisme privé basé à New York qui soutient la recherche dans les sciences fondamentales. Au cours des 20 dernières années arXiv a été un énorme succès, le site contenant désormais plus de 770 000 articles, avec quelque 7 000 articles supplémentaires ajoutés chaque mois, contre seulement 500 par mois il y a dix ans.

Pendant que arXiv est largement utilisé dans certains domaines de la physique, il contient principalement des prépublications et des manuscrits acceptés, mais peu de versions finales et publiées des articles. Afin d'augmenter le nombre de ces articles finaux accessibles au public gratuitement, en septembre 2011, le gouvernement britannique a commandé un rapport sur la question. Dirigé par la sociologue Janet Finch, le rapport visait à parvenir à un consensus sur une politique de libre accès parmi les universités, les bibliothèques, les chercheurs, les sociétés savantes et les éditeurs, tous représentés dans le panel Finch.

Après la publication du rapport en juin 2012, le gouvernement britannique a "largement accepté" ses recommandations, qui comprenaient la préférence pour ce que l'on appelle l'accès ouvert "or" plutôt que "vert". Plutôt que d'être libre de publier un article, l'or implique qu'un auteur paie des frais de traitement d'article (APC) initiaux à l'éditeur pour rendre la version finale de l'article immédiatement disponible en libre accès et avec l'auteur ayant des droits étendus de réutilisation. Le vert, quant à lui, fait référence à un article publié initialement placé derrière le paywall d'un éditeur, mais où, après une certaine période d'embargo de 12 mois ou plus, le chercheur est ensuite autorisé à placer le manuscrit accepté dans un référentiel centralisé en accès libre (voir figureف). Selon l'analyse de Stevan Harnad de l'Université de Southampton, actuellement environ 33% de tous les articles de physique sont d'une manière ou d'une autre gratuits à lire en ligne, la grande majorité (32% du total) étant verte (1 % étant de l'or). Sur la base du nombre d'articles indexés par la base de données Web of Science de Thomson Reuters, cela représenterait environ 40 500 articles en physique en libre accès.

Le rapport Finch a également recommandé que si une revue particulière ne prend pas en charge la publication d'or, les chercheurs seraient tenus de placer leurs manuscrits acceptés dans un référentiel gratuit dans les six mois suivant la publication. Si le financement n'est pas fourni pour la publication d'or, les éditeurs pourraient prolonger la période d'embargo avant que les articles puissent être mis à disposition gratuitement de six mois à 12.

Le gouvernement britannique estime que les coûts d'une telle politique d'accès libre à l'or, via le paiement des APC, représenteraient environ 1 % du budget de recherche du Royaume-Uni, soit 16 360 millions de dollars par an. Ces coûts seraient couverts par l'octroi de subventions globales aux universités. Après la publication du rapport Finch, Research Councils UK (RCUK), l'organisation faîtière des sept conseils de recherche du Royaume-Uni, a rapidement annoncé sa politique, affirmant que tout article scientifique résultant d'une recherche entièrement ou partiellement financée par RCUK doit être publié soit dans une revue en libre accès, soit dans une revue qui permet aux manuscrits acceptés d'être déposés dans un dépôt gratuit. Dans ce dernier cas, l'article doit être placé dans le référentiel dans les six mois et doit inclure toutes les modifications résultant de l'examen par les pairs.

En mars de cette année, cependant, la confusion au sujet de la politique de RCUK (qui différait sur certains aspects importants des recommandations de Finch) et de la façon dont elle serait mise en œuvre a forcé RCUK à modifier ses directives. La nouvelle politique, qui est entrée en vigueur en avril, est plus conforme à la recommandation de Finch et stipule que si l'accès libre à l'or est disponible auprès de l'éditeur et que les fonds sont disponibles auprès du bailleur de fonds pour l'APC, le document doit être immédiatement mis à disposition. via l'accès libre à l'or. Cependant, si la méthode d'accès libre de l'or est disponible auprès de l'éditeur mais que l'argent n'est pas disponible pour l'APC, le papier devrait être vert avec une période d'embargo de 12 mois. S'il n'y a pas d'option d'accès libre or via l'éditeur, alors le papier devrait être en accès libre vert avec un embargo de seulement six mois.

De telles révisions, associées à une mise en œuvre hâtive de la politique, ont semé la confusion dans la communauté britannique au sujet du libre accès en général et de ce que cela signifiera pour les budgets de recherche. Beaucoup ne savent toujours pas exactement comment l'or sera payé, ce qui se passera si la subvention globale à une université s'épuise et « s'ils font partie d'une collaboration » qui paiera la facture de l'APC. « Il existe un risque que ce niveau de confusion détourne complètement les gens du libre accès », prévient Alma Swan, directrice du plaidoyer européen à la Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition, une organisation qui vise à étendre la diffusion de la recherche universitaire et réduire les pressions financières sur les bibliothèques.

Peter Suber, directeur de l'Office for Scholarly Communication de l'Université Harvard, qui est également directeur du Harvard Open Access Project, une initiative visant à favoriser l'accès ouvert, va plus loin, qualifiant la politique britannique d'"erreur". Il affirme que Finch a recommandé l'accès ouvert à l'or pour sécuriser le modèle commercial jusqu'à présent réussi pour les éditeurs qui se verraient garantir un paiement via l'APC.

Suber suggère que si les subventions globales peuvent être destinées à introduire une concurrence sur les prix et à maintenir les APC à un niveau raisonnable, un problème peut survenir lorsqu'il n'y a pas assez d'argent pour couvrir entièrement la recherche britannique suivant la route de l'or. « Cela provoquera du ressentiment et de la colère chez les personnes qui ne peuvent pas publier », déclare Suber, même s'il sera toujours possible de publier gratuitement dans des revues conventionnelles réservées aux abonnements. Mais Suber a deux préoccupations liées. « L'un est que les décideurs pensent déjà : « l'accès ouvert est bon, donc la politique du RCUK est bonne ». L'autre est que les chercheurs penseront bientôt : « la politique du RCUK est mauvaise, donc l'accès ouvert est mauvais ». au Centre de Recherches Mathématiques à Montréal. "Ce n'est pas dans l'intérêt de la science ou des scientifiques qui sont désormais confrontés à une réduction du financement pour payer les éditeurs à la place." Harnad ajoute que la politique britannique est un "vraiment mauvais développement" qui est "hors des sentiers battus" 8221.

Cependant, Steven Hall, directeur général d'IOP Publishing, qui publie Monde de la physique, n'est pas d'accord pour dire que le rapport Finch a été motivé par les éditeurs. Hall, qui a siégé au panel Finch, note que les bailleurs de fonds y étaient bien représentés et comprenaient le Wellcome Trust – un ardent défenseur de l'or en libre accès – et RCUK, qui finance depuis longtemps la publication en or en libre accès via ses subventions de recherche. "Finch s'est prononcé en faveur d'un accès ouvert à l'or plutôt qu'au vert, car l'or offre un accès immédiat à la version d'enregistrement d'un document et généralement avec de larges droits de réutilisation", explique Hall. “Mais le vert, qui dépend de la pérennité de la publication par abonnement, donne un accès différé à une version intermédiaire du papier et sans les mêmes droits de réutilisation.”

Hall ajoute que le problème a été dans la mise en œuvre, avec RCUK “cherry-picking” les recommandations de Finch et ne pas consulter adéquatement les universités et les éditeurs. Il dit également qu'il y a eu un manque de soutien du gouvernement britannique pour les "coûts de transition" pour couvrir le passage à l'accès ouvert, ce qui a conduit à la résistance des universités qui craignent qu'une grande partie de ces coûts ne leur incombe. « Il n'y a aucune raison pour qu'à long terme l'or soit plus coûteux que le modèle d'abonnement actuel, en fait, il peut être moins coûteux », déclare Hall. “Mais pendant la transition, et tant que le Royaume-Uni est en avance sur le reste du monde, il y aura des coûts supplémentaires pour le Royaume-Uni.”

Adopter une vision plus verte

Alors que le Royaume-Uni est fermement favorable à l'accès ouvert à l'or, on ne peut pas en dire autant des autres pays. En juillet 2012, la CE a annoncé qu'à partir de 2014, le début de son cycle de financement de sept ans "Horizon 2020" – toutes les recherches financées par le programme devront soit être accessibles immédiatement via l'accès libre à l'or ( les coûts étant éligibles au remboursement par la CE) ou alors par les chercheurs mettant leurs articles à disposition via green au plus tard six mois après leur publication. La CE a également recommandé que les États membres adoptent une approche similaire, avec l'objectif que 60 % des articles de recherche européens financés par des fonds publics soient disponibles en libre accès d'ici 2016.

Dans la foulée de l'annonce de la CE, en février, l'Office of Science and Technology Policy (OSTP) des États-Unis a conseillé à toutes les agences de financement américaines de publier gratuitement en ligne des articles sur la recherche qu'elles soutiennent, avec une période d'embargo de 12 mois comme ligne directrice. . Cela serait similaire à une loi adoptée aux États-Unis en 2008 qui obligeait tous les chercheurs financés par les National Institutes of Health (NIH) – principalement dans le domaine biomédical – à soumettre les manuscrits finaux des revues évaluées par des pairs aux archives numériques. PubMed Central au plus tard 12 mois après leur acceptation pour publication. La nouvelle politique de l'OSTP s'appliquera à toutes les agences fédérales qui dépensent plus de 100 millions de dollars en recherche et développement externes. (Un projet de loi actuellement en cours d'examen au Congrès pourrait, s'il est adopté, étendre la politique de libre accès vert des NIH à d'autres organismes de financement, mais réduire la période d'embargo de 12 à six mois.)

Le physicien Paul Ginsparg de Cornell, qui a développé le arXiv serveur de préimpression, dit qu'il était "inévitable" qu'il y aurait éventuellement une pression pour étendre le projet de loi NIH à d'autres agences fédérales. "Si cet effort réussit dans ce cycle, alors l'incohérence restante de [le long embargo] s'appliquant uniquement aux agences avec des budgets supérieurs à 100 millions de dollars devra également être supprimée avant trop longtemps", ajoute-t-il.

Suber soutient l'approche des États-Unis et de l'UE pour un accès ouvert vert et les appelle même à aller plus loin en termes de temps d'embargo plus court - peut-être sans aucun. « Il n'y a toujours aucune preuve que le libre accès vert nuit aux éditeurs », dit-il. "Les éditeurs eux-mêmes n'ont pas été en mesure de signaler les dommages causés par le vert et cela inclut les emplois perdus. Le point de Suber est soutenu par Harnad qui souligne le succès de Ginsparg" arXiv comme une assurance que les éditeurs ne seront pas lésés par le libre accès vert, même avec des embargos de six mois ou moins. “arXiv coexiste parfaitement avec l'industrie de l'édition et n'a pas diminué les revenus des éditeurs, déclare Harnad. « Donc, je ne pense pas que les éditeurs soient menacés par le vert. »

Mais une grande question pour le vert est de savoir comment de tels référentiels fonctionneraient. Harnad, par exemple, pense qu'un référentiel comme arXiv des recherches publiées évaluées par des pairs dans un large éventail de domaines serviraient mieux la communauté que les dépôts institutionnels individuels. Cela faciliterait, par exemple, la recherche d'articles que s'ils étaient conservés dans l'un des nombreux référentiels institutionnels. Mais qui courrait et paierait pour eux ?

L'héritage de Swartz

Le mouvement du libre accès a également conduit de nombreux nouveaux éditeurs à créer des revues en libre accès et à introduire de nouveaux modes de publication. Cela a engendré une grande variété de modèles différents – et de frais – pour la publication de la recherche. PLOS UN, par exemple, facture un APC de 1350 $ par article tandis que le nouveau venu PairJ permet aux auteurs de publier un nombre illimité d'articles pour un montant unique de seulement 299 $. Les valeurs APC varient en fonction des différents niveaux d'édition, d'examen par les pairs et de taux de rejet proposés. Une revue, par exemple, peut faire une évaluation par les pairs légère, avoir peu d'édition et rejeter très peu d'articles, ce qui signifie qu'elle peut facturer un APC inférieur. Une autre revue, quant à elle, peut facturer un APC plus élevé car elle a une marque et un public cible distincts, entreprend une révision complète, pratique une évaluation complète par les pairs et garantit que seuls les articles de la meilleure qualité y parviennent.

Certains chercheurs, cependant, ne semblent pas convaincus que les éditeurs ajoutent suffisamment de valeur pour justifier leurs coûts d'abonnement et d'APC. Cela a conduit certains scientifiques à même envisager de créer leurs propres revues. En janvier, par exemple, un groupe de mathématiciens, dirigé par Tim Gowers, a proposé “Episciences”, où les chercheurs organiseraient eux-mêmes le processus d'évaluation par les pairs, puis hébergeraient la recherche évaluée par les pairs sur arXiv. Mais il reste à voir si cela peut fonctionner.

Si le libre accès doit devenir un jour vraiment répandu, ce qui en fait une méthode de publication par défaut, les chercheurs eux-mêmes devront l'adopter. Après tout, les articles sont l'élément vital de la carrière d'un scientifique. C'est la devise qu'ils utilisent pour obtenir une promotion et poursuivre leur carrière, inscrite dans l'épithète de « publier ou périr ». S'exprimant lors d'une réunion sur le libre accès à la Royal Society en février, le chimiste Tom Welton de l'Imperial College de Londres a parlé d'un projet pilote à l'université permettant aux membres de son département d'accéder à une somme d'argent pour rendre leurs papiers en libre accès. Lorsque presque personne n'a utilisé les fonds, cela l'a amené à conclure que beaucoup ne sont pas intéressés par le libre accès. « L'accès libre ne se produira que si les universitaires le souhaitent », a-t-il déclaré. “Et les chercheurs ne le feront que si cela nous donne du prestige.”

Un autre mot d'avertissement lors de la réunion de la Royal Society est venu du physicien optique Miles Padgett de l'Université de Glasgow, qui est également son doyen de la recherche. Bien qu'il affirme que les universitaires soutiennent largement le libre accès durable, à son avis, "très peu" insistent pour publier leurs articles dans des revues en libre accès. "Idéalement, nous ne voulons pas commencer à retirer de l'argent à la science de base pour financer le libre accès", prévient Padgett. "Et nous ne voulons certainement pas emprunter la voie où un manque de fonds signifie que nous devons décider qui peut publier ou non."

Ces points de vue sont repris par Hall. "Ce dont nous avons besoin, c'est de nous éloigner des arguments selon lesquels la publication en libre accès est bonne et la publication par abonnement est mauvaise, ou vice versa, et davantage vers une discussion sur ce que veulent les chercheurs", déclare Hall. Veulent-ils un examen par les pairs rigoureux avant la publication, une révision et une publication dans un journal destiné spécifiquement à leur communauté de recherche, ou un examen par les pairs léger, pas de révision et de publication dans un journal de base de données avec les articles ? dans des disciplines complètement différentes ? » Hall ajoute qu'il est probable que les deux types d'édition auront un rôle à jouer étant donné le nombre croissant d'articles qui sont publiés chaque année. "Mais il faut reconnaître qu'ils ont des coûts différents, que le modèle commercial sous-jacent soit un abonnement ou un accès ouvert."

Alors que les chercheurs sont encore en train de comprendre ce que signifiera l'accès ouvert en ce qui concerne la façon dont ils publient, l'éléphant dans la pièce pourrait être un problème pour lequel Swartz a fait campagne pour les « données ouvertes ». Cela irait beaucoup plus loin que la publication par les chercheurs de leur article finalisé dans un référentiel en ligne disponible gratuitement, mais aussi, via un mécanisme, en publiant leurs données, permettant à d'autres scientifiques de l'utiliser et de publier leurs propres travaux sur cette base.

Alma Swan va plus loin, prédisant que la devise de la production des scientifiques à l'avenir passera des papiers aux données brutes. « Les données doivent être diffusées pour que les scientifiques puissent les utiliser », dit-elle.« Ce ne sera pas le papier, mais les données qui vous donneront du crédit. » Pourtant, exiger l'accès aux données sous-jacentes sera beaucoup plus litigieux, en raison de divers problèmes de confidentialité et commerciaux. Ginsparg, pour sa part, pense que les données ouvertes resteront une activité largement volontaire pour le moment.

Peu de gens douteraient que la publication en libre accès est là pour rester, les chercheurs et les bailleurs de fonds commençant à peine à comprendre les différentes politiques de libre accès et ce que cela signifiera pour leur travail et leurs budgets. Mais avec toutes les différences et la confusion qui jettent l'accès ouvert sous un jour un peu mauvais, il est maintenant au moins important dans l'esprit des chercheurs. Nous sommes résolument sur la voie de l'ouverture de l'accès, mais la route continuera d'être longue et cahoteuse.

La valeur que les éditeurs apportent

Une plainte commune des chercheurs au sujet des éditeurs est que les scientifiques font le travail mais doivent ensuite payer pour lire ou accéder aux recherches qu'ils ont publiées. Les chercheurs se demandent pourquoi ces entreprises méritent de gagner de l'argent grâce au travail effectué par les sciences. En effet, l'édition scientifique est une industrie où les scientifiques sont à la fois les fournisseurs et les consommateurs.

Cependant, les éditeurs soulignent qu'ils fournissent un large éventail de services entre le moment où un article est soumis pour examen et son utilisation par un autre scientifique. En particulier, ils facilitent l'examen par les pairs via leurs systèmes éditoriaux et leurs bases de données de références, et produisent des versions finales publiées d'articles de haute qualité ainsi qu'une gamme de services de post-publication pour aider l'article à être cité et découvert.

Dans le cas d'IOP Publishing, qui appartient à 100 % à l'Institute of Physics et publie Monde de la physique, le processus de publication des revues est géré par quatre rôles distincts : l'administrateur de la publication, le rédacteur en chef de la publication, le rédacteur en chef de la production et l'éditeur. L'administrateur gère toute la correspondance avec les auteurs et les arbitres. Le rédacteur en chef aide à sélectionner les arbitres et, en consultation avec le comité de rédaction, prend des décisions sur la base de ces rapports, traitant généralement environ 1 000 soumissions par an. (IOP Publishing est en quelque sorte une exception à cet égard, car l'examen par les pairs chez de nombreux autres éditeurs est géré par des éditeurs externes plutôt que par le propre personnel de la revue). L'éditeur de production gère la révision et la mise en page du contenu dans le style de la revue, tandis que l'éditeur travaille en étroite collaboration avec le comité de rédaction ainsi que sur la stratégie et le développement de la revue.

S'assurer que le processus d'examen par les pairs est juste, rigoureux et rapide est un travail qui prend du temps. Les éditeurs surveillent de près tous les aspects, y compris la recherche d'arbitres pour leurs avis, la gestion du pool d'arbitres pour s'assurer que les évaluateurs ne sont pas surutilisés et la fourniture d'une aide et de conseils continus aux nouveaux évaluateurs, avec des ateliers organisés pour informer les nouveaux évaluateurs sur le processus. « L'évaluation par les pairs est un service aux auteurs conçu pour améliorer un article, qu'il soit accepté ou rejeté », déclare Tim Smith, éditeur senior chez IOP Publishing.

Les éditeurs peuvent également ajouter de la valeur ailleurs. Les éditeurs et les comités de rédaction peuvent aider à façonner un domaine particulier en publiant des numéros spéciaux ou en mettant l'accent sur de nouveaux domaines en plein essor. Les éditeurs maintiennent des systèmes informatiques complexes pour s'assurer que les articles sont correctement archivés et accessibles rapidement et qu'ils respectent les normes acceptées pour le référencement du matériel et la recherche de contenu. Les éditeurs effectuent également des vérifications supplémentaires, notamment en soumettant les articles à un logiciel de détection de plagiat tel que CrossCheck. IOP Publishing a été l'un des premiers bailleurs de fonds de CrossRef – un service qui permet un lien approprié entre les articles et les revues – et plus récemment a contribué au financement d'ORCID, qui vise à fournir à chaque auteur un identifiant unique afin qu'il n'y ait pas de confusion entre articles publiés par des personnes portant des noms similaires ou identiques.

Dans le cas d'IOP Publishing, de nouveaux services sont ajoutés, tels que les « résumés vidéo » pour les articles, qui permettent aux chercheurs de soumettre une courte vidéo expliquant en termes simples l'importance de leur nouvelle recherche. Les éditeurs identifieront également des articles spécifiques pour les communiqués de presse et autres activités promotionnelles, contribuant ainsi à améliorer la visibilité et l'impact du travail d'un auteur auprès d'un public plus large. Pendant ce temps, tous les bénéfices de l'IOP Publishing retournent à l'Institut de physique, où l'argent est utilisé pour une grande variété d'activités visant à soutenir la communauté internationale de la physique, telles que des projets éducatifs, des conseils aux organismes gouvernementaux et de financement de la recherche, ainsi qu'à la promotion de la physique. carrières, l'amélioration de la formation des enseignants et le soutien au développement international de la physique à travers des programmes tels que l'IOP pour l'Afrique.


Matériels et méthodes

Instrument de sondage

L'enquête a été réalisée via un questionnaire en ligne librement accessible (en utilisant la plateforme d'enquête scientifique SoSci, www.soscisurvey.de). Les questions de l'enquête ont été élaborées à partir d'une revue de la littérature, des discussions et des commentaires obtenus lors de l'atelier OpenAIRE « Open Peer Review—Models Benefits and Limitations » qui a eu lieu à Göttingen, en Allemagne, le 7 juin 2016 [29]. Des contributions supplémentaires ont été recueillies via Twitter. Les principaux thèmes de l'enquête étaient les suivants : attitudes vis-à-vis de l'OPR, niveaux d'expérience de l'OPR et définitions de l'OPR (y compris les commentaires sur notre terminologie/définition OPR). Une version pilote de l'enquête a été créée et diffusée à des collègues experts. La rétroaction et les commentaires de six experts ont ensuite été intégrés dans une révision finale de l'enquête.

L'objectif était de maintenir le temps moyen pour répondre à l'enquête à un maximum de 15 minutes afin de maximiser les réponses complètes. L'instrument d'enquête qui en a résulté comprenait un total de 18 questions. Les questions 1 à 5 ont recueilli des données démographiques. Les questions 6 à 8 évaluaient les niveaux globaux de satisfaction à l'égard du système d'évaluation par les pairs utilisé par les revues savantes et évaluaient les attitudes générales à l'égard du libre accès, des données ouvertes et de l'OPR. Les questions 9 à 15 se sont ensuite penchées sur les niveaux d'expérience des répondants et leurs opinions sur chacun des traits individuels de l'OPR. Les questions 16 à 17 sollicitaient des commentaires sur une définition proposée de l'OPR. Enfin, la question 18 offrait aux répondants la possibilité de laisser des commentaires en texte libre.

Éthique

L'instrument d'enquête et les plans de collecte/traitement des données ont été approuvés par la commission d'éthique de l'Université de Göttingen (https://www.uni-goettingen.de/de/534983.html). Tous les participants ont été informés via le site Web de l'enquête que l'enquête était anonyme et volontaire, que toutes les données seraient gardées confidentielles et évaluées de manière anonyme conformément aux principes de la directive européenne sur la protection des données, et que le but était d'analyser les points de vue des communautés disciplinaires. concernant la fourniture/l'utilisation d'un examen ouvert par les pairs. Les participants ont été informés que les résultats de l'étude et les données sous-jacentes devaient être publiés. Pour garantir la confidentialité, toutes les données ont été collectées via une enquête en ligne (SoSci, www.soscisurvey.de) et analysées de manière anonyme. En particulier, l'agrégation était déjà intégrée au questionnaire (tranches d'âge, régions du monde, domaines disciplinaires, aucune catégorie de sexe, aucun détail sur le statut académique, etc.) et aucune adresse IP n'a été collectée. Toutes les données en texte libre ont été agrégées et analysées séparément.

Processus et calendrier

L'enquête a été ouverte en ligne du 8 septembre au 7 octobre 2016 et a reçu un total de 3062 réponses complètes (635 autres réponses ont été rejetées comme incomplètes). L'enquête était ouverte à tous ceux qui souhaitaient y participer et diffusée via les médias sociaux, les listes de diffusion des communications savantes, les bulletins d'information des éditeurs et, dans un cas, une liste de diffusion interne des éditeurs (Copernicus Publications). Ce dernier, qui ciblait directement environ 41000 auteurs, relecteurs et éditeurs, a créé un pic significatif de réponses (Fig 1), générant près d'un tiers du total des réponses en une seule journée. Dans l'ensemble, nous considérons 3062 réponses pour l'analyse, constituant toutes les réponses complètes à l'enquête.

Limites de l'étude

Compte tenu du mode de diffusion, il est probable que l'échantillon soit quelque peu biaisé en faveur de ceux qui ont plus d'expérience et d'intérêt pour la publication en libre accès et les nouveaux modèles de publication que cela n'aurait été le cas dans un essai randomisé.

L'étude a demandé aux répondants d'indiquer s'ils avaient une expérience de l'OPR en tant qu'auteur, réviseur, rédacteur en chef ou éditeur, mais n'a pas explicitement spécifié quel rôle ils devraient assumer lorsqu'ils répondaient aux questions concernant leurs attitudes à l'égard de l'OPR. Comme on peut s'attendre à ce que les considérations et donc les réponses des répondants puissent différer en fonction du rôle qu'ils assument, cela est reconnu comme une limite potentielle de cette étude.

De plus, il est important de se rappeler que les attitudes ne se traduisent pas nécessairement dans la pratique—il peut y avoir de grandes différences entre ce que les gens disent et ce qu'ils font réellement. De plus, comme l'a souligné à juste titre un examinateur de ce document, les opinions des participants ne devraient pas être le seul élément directeur de la prise de décision. Il se peut, par exemple, que des groupes distincts soient en faveur de traits de l'OPR qui entreraient en conflit les uns avec les autres ou seraient d'une manière ou d'une autre préjudiciables au fonctionnement du système plus large. Enfin, certains peuvent tout simplement ne pas être bien informés des problèmes. Tout cela pour dire que nos résultats ne doivent pas être considérés comme une feuille de route pour la mise en œuvre du RPO, mais plutôt comme une contribution supplémentaire à la base de preuves sur laquelle les décisions politiques concernant l'examen (ouvert) par les pairs doivent être prises.


Pourquoi la science se cache-t-elle derrière un paywall ? 18 mai 2013 08:01 S'inscrire

Un autre exemple de ce genre de chose qui m'a toujours déplu : les grands télescopes sont presque universellement construits avec de l'argent public. Mais lorsque les astronomes font des observations, ils ont des droits exclusifs sur les résultats. C'est particulièrement le cas avec le Hubble, mais s'applique également à des choses comme le VLA et le Gemini.

Si nous l'avons payé, pourquoi ne le possédons-nous pas ?
posté par Chocolate Pickle à 8:57 AM le 18 mai 2013 [2 favoris]

Beaucoup de chercheurs ne sont pas des utilisateurs pleinement compétents de TeX, c'est le problème. Certaines personnes peuvent produire des papiers avec des équations claires et lisibles sans aucune aide extérieure. Beaucoup de gens ne peuvent pas, ou ne veulent pas. (Et un sous-ensemble décent de personnes qui ne peuvent toujours pas pense qu'ils peuvent. ) Donc, si un journal veut imprimer des articles toujours lisibles, il est un coût supplémentaire associé à cela.

C'est comme la révision. Les auteurs pensent elles ou ils pas besoin d'un parce que leur l'écriture est parfaite. Mais vous envoyez quand même leur merde à un rédacteur, parce que vous voulez donner au lecteur quelque chose d'aussi clair que possible - et parce que vous voulez éviter à l'auteur l'embarras de se retrouver avec des erreurs évidentes d'impression.

Cela ne signifie pas que les revues doivent être payantes. C'est un non-sequitur complet. Vous pouvez avoir un journal en libre accès, financé par des subventions ou des dons, qui embauche des rédacteurs et des TeXwranglers, etc. Une revue ainsi mise en place rend un vrai service aux lecteurs et chercheurs - les lecteurs obtiennent des articles lisibles et propres à lire, les chercheurs obtiennent un public plus large sans avoir à être des experts en composition mathématique, tout le monde y gagne. Mais il faut une somme décente de subventions ou de dons pour y arriver.
posté par Maintenant, il y en a deux. Il y en a deux _______. à 8h59 le 18 mai 2013 [2 favoris]

Parce que les universitaires les plus influents n'ont fait aucun effort pour accroître l'accès à la recherche, parce qu'ils ont des bibliothèques et des subventions bien financées, et cela ne les affecte pas.

En supposant que vous puissiez vous rendre physiquement à la bibliothèque d'une université d'État (ou même, dans de nombreux cas, des collèges communautaires), vous pouvez généralement avoir accès à toute la littérature qu'ils achètent. Donc, plus de gens ont accès à ce genre de choses qu'ils ne semblent le penser.
posté par GenjiandProust à 9:21 AM le 18 mai 2013 [1 favori]

C'est un problème que j'ai suivi principalement du côté des sciences humaines, avec les MOOC et l'émergence du doctorat "alt-ac". programmes. D'une part, le savoir est censé être libre (comme dans la bière et comme dans la parole). D'un autre côté, approfondir les connaissances demande de l'argent (et beaucoup dans les sciences dures) et il faut des gens qui doivent manger, vivre, envoyer leurs propres enfants à l'université, etc. recherche : ceux qui en tirent des leçons ou ceux qui la créent ? L'argent, je pense que c'est clair maintenant, ne va finalement à aucun groupe.

Les revues en libre accès sonnent bien du côté des consommateurs, et il est vrai que le modèle actuel est franchement mauvais pour faire en sorte que la recherche soit utilisée ou critiquée dans un délai raisonnable, mais le modèle de publication payante ne fait que déplacer les coûts d'un groupe de personnes qui ne pensent pas devoir payer à un autre. Si ce modèle décolle, le coût de publication devra être inscrit dans les demandes de subventions de recherche, ce qui semble ne faire qu'intensifier le déséquilibre actuel parmi lesquels la recherche obtient un financement adéquat pour sortir (trucs avec des applications de défense/pharmaceutiques = oui, autre trucs = non). Avec les revues universitaires en particulier, il y a le problème supplémentaire que (soyons honnêtes) la majorité des personnes qui ouvriront un jour une publication sérieuse sont elles-mêmes des universitaires, de sorte que le modèle de publication payante ne fait en réalité que déplacer les coûts des bibliothèques universitaires vers les équipes de recherche individuelles.
posté par oinopaponton à 9:27 AM le 18 mai 2013 [1 favori]

En supposant que vous puissiez vous rendre physiquement à la bibliothèque d'une université d'État (ou même, dans de nombreux cas, des collèges communautaires), vous pouvez généralement avoir accès à toute la littérature qu'ils achètent. Donc, plus de gens ont accès à ce genre de choses qu'ils ne semblent le penser.

Oui, s'ils achètent des copies physiques d'un journal et le gardent dans les piles ouvertes, vous pouvez entrer et parcourir.

Mais au moins dans les écoles avec lesquelles j'ai été associé, vous devez être étudiant/personnel/professeur pour demander de vieux volumes hors du stockage, ou pour obtenir des trucs via le prêt entre bibliothèques, ou pour accéder à des bases de données en ligne comme Jstor. Et les choses qui se trouvent en fait sur une étagère dans les piles ouvertes ne représentent qu'une fraction de celles auxquelles on peut accéder par ces autres voies. C'est donc encore assez limitant pour les étrangers.
posté par Maintenant, il y en a deux. Il y en a deux _______. à 9h33 le 18 mai 2013 [2 favoris]

Oui, s'ils achètent des copies physiques d'un journal et le gardent dans les piles ouvertes, vous pouvez entrer et parcourir.

Et c'est un gros "if" de nos jours, pour des exemplaires récents de revues. Il existe également plusieurs revues qui publient des articles en ligne avant qu'ils ne soient imprimés en raison de l'arriéré d'impression - auquel cas vous pourriez éventuellement y avoir accès, mais cela peut être des années plus tard.

Le modèle de paiement pour publier est terrible cependant.
posté par Kutsuwamushi à 9:38 AM le 18 mai 2013 [1 favori]

C'est une façon assez étrange de formuler ce problème. Je veux dire, je ne suis pas habitué à considérer les revues de recherche bien fermées comme des biens de consommation. Et toutes les personnes que j'ai connues qui consomment réellement des revues de recherche bien fermées n'ont jamais été particulièrement riches, y ayant accès grâce à des affiliations professionnelles ou universitaires.

Mais certainement de nos jours, le journal de recherche bien fermé semble un modèle terriblement obsolète.
posté par 2N2222 à 9:40 AM le 18 mai 2013

Beaucoup de chercheurs ne sont pas des utilisateurs pleinement compétents de TeX, c'est le problème.

Je ne suis pas du tout en désaccord avec la plupart de vos commentaires, mais à l'heure actuelle, les chercheurs devraient être des utilisateurs compétents de TeX, c'est-à-dire que les programmes de doctorat devraient exiger des candidats qu'ils réussissent les examens TeX, car ce n'est tout simplement pas si difficile et cela sauve tout le monde un peu de travail. Il y a toute une infrastructure gratuite (parole et bière) pour faire de la merde magnifiquement composée, donc, à part des chercheurs pratiquement inexistants qui n'ont pas d'ordinateurs, il n'y a pas beaucoup d'excuses pour quiconque, dans aucun domaine, de ne pas rendre leurs papiers jolis et lisibles avant ils sont diffusés.

(Les versions ArXiv des articles sont très souvent plus jolies que les versions des revues, bien que la révision soit inestimable pour toujours.) Les revues veulent que la composition et l'apparence soient uniforme, pas nécessairement mieux que ce que produisent les auteurs. C'est raisonnable, mais les auteurs font une grande partie de ce travail, de toute façon, en imposant le TeXmanship dicté par la revue sur leurs propres articles après acceptation. C'est bien en soi, mais j'ai du mal à accepter la composition comme justification du prix des journaux. (Ce qui, je pense, fait également partie de votre point de vue.)

La composition est différente de la révision : les rédacteurs remplissent une fonction extrêmement importante dont l'importance est orthogonale au modèle de publication particulier utilisé (et j'aimerais leur acheter une bière à tous). La composition est différente, on pourrait imaginer des sections évaluées par des pairs de l'ArXiv avec, éventuellement, la même fonction que les revues. Dans un tel contexte, la révision n'est pas moins nécessaire (c'est-à-dire qu'il devrait probablement y avoir des moyens centralisés de le faire), mais il n'est pas nécessaire qu'une autorité centrale dise "Vous devez justifier à gauche vos équations affichées même si cela semble ridicule". puisqu'il n'y a aucune bonne raison pour une composition uniforme (tant que tout le monde sait lire TeX) dans une telle situation.

(Peut-être que ce commentaire est centré sur les mathématiques. Je ne connais personne dans mon domaine, quel que soit son âge, qui ne soit pas compétent en TeX. Même des tas d'étudiants de premier cycle prennent des notes dans les cours avec un éditeur TeX.)
posté par kengraham à 9:43 AM le 18 mai 2013 [3 favoris]

Oui, s'ils achètent des copies physiques d'un journal et le gardent dans les piles ouvertes, vous pouvez entrer et parcourir.

Mais au moins dans les écoles avec lesquelles j'ai été associé, vous devez être étudiant/personnel/professeur pour demander de vieux volumes hors du stockage, ou pour obtenir des trucs via le prêt entre bibliothèques, ou pour accéder à des bases de données en ligne comme Jstor.

Avez-vous été associé à des institutions publiques ? Presque toutes les institutions publiques (et celle privée) dans lesquelles j'ai travaillé ou fréquenté l'école (quatre dans trois États différents), avaient, dans le cadre de leur mission, donné un accès à leurs ressources électroniques. De toute évidence, les étudiants, les professeurs et le personnel, en tant qu'utilisateurs principaux, ont la priorité, mais il y a un accès.

Étant donné que le prêt entre bibliothèques entraîne des coûts importants, les personnes non affiliées ne devraient pas s'attendre à cela. D'un autre côté, votre bibliothèque publique locale peut généralement faire du PEB, donc il y a ça.
posté par GenjiandProust à 9:51 AM le 18 mai 2013

Kengraham : "Je ne suis pas du tout en désaccord avec la plupart de vos commentaires, mais à l'heure actuelle, les chercheurs devraient être censés être des utilisateurs compétents de TeX . (Peut-être que ce commentaire est centré sur les mathématiques. Je ne connais personne dans mon domaine, quel que soit son âge, qui ne soit pas compétent en TeX. Même des tas d'étudiants de premier cycle prennent des notes en classe avec un éditeur TeX."

Ce commentaire (et l'article !) sont tous deux centrés sur les STEM. Il existe une tonne de domaines en dehors du STEM réel dans lesquels la recherche et la publication se poursuivent, et si vous nous demandiez de commencer à apprendre TeX, vous auriez une révolution entre les mains.
posté par bernaches à 9:57 AM le 18 mai 2013 [3 favoris]

Le libre accès est l'une des initiatives majeures de la fondation Creative Commons. Si cela vous tient à cœur, vous devriez leur envoyer de l'argent.

Merci (je travaille chez CC).Nous essayons également de pousser la discussion au-delà du simple accès vers une licence qui permet la réutilisation. Sur ce front, la directive de la Maison Blanche exige que les agences construisent :

Pour moi, cela signifie (ou devrait signifier, de toute façon) des licences ouvertes.

Ce commentaire (et l'article !) sont tous deux centrés sur les STEM.

Ouais. Et trop de mouvement l'est aussi, à mon avis. L'argument en faveur du libre accès à la recherche financée par des fonds publics est tout aussi fort en sciences humaines qu'en sciences.
posté par roll truck roll à 10:11 AM le 18 mai 2013 [1 favori]

Je ne suis pas du tout en désaccord avec la plupart de vos commentaires, mais à l'heure actuelle, les chercheurs devraient être des utilisateurs compétents de TeX.

Je suis d'accord, pour les physiciens et les mathématiciens. La biologie et la médecine… fonctionnent différemment.

La plupart des soumissions à la plupart des revues de biologie se présentent sous forme de PDF de documents Word à double interligne (ou équivalent, mais Word), avec des citations gérées par Endnote, une pure création de Satan, et avec des images composées dans, je vous emmerde pas, Powerpoint. Tenter de remettre en forme un ancien papier dont j'ai hérité a été un cauchemar, pour des raisons de bibliographie et de format.

On ne s'attend tout simplement pas à ce que les biologistes non-informatiques connaissent des outils informatiques sophistiqués. Si je devais donner un document TeX à mon auguste et compétente conseillère scientifique, elle me demanderait de le lui remettre au format Word afin qu'elle puisse le modifier. Il y a beaucoup d'avantages potentiels à adopter de bons outils, mais ils ne sont pas aussi forts que dans les sciences physiques, où le besoin fréquent de formatage d'équations et la disponibilité et l'utilisation de ressources informatiques puissantes (à l'époque) obligeaient tout le monde à apprendre à gérer dans les années 80 et 90.

J'aurai de la chance si je peux contribuer à la transition en introduisant Illustrator, qui au moins produira notre dessin au trait dans un format approprié et permettra un alignement et un espacement appropriés des figures. J'apprécie donc le travail des typographes des revues, qui ont du pain sur la planche. Certes, cela ne vaut toujours pas les coûts énormes, mais c'est un élément important du service des revues. Les 1350 $ ou les frais de PLoS sont probablement une représentation juste des coûts avec un peu de continuité du programme.

A côté de cela, les biologistes n'ont pas d'Arxiv. En fait, dans les revues suivant la règle d'Ingelfinger comme cela se fait normalement en médecine, la publication d'Arxiv invaliderait une publication pour considération. Il existe des raisons économiques et éthiques pour éviter les prépublications en médecine (toutes les études doivent être soumises à un examen par les pairs avant la publication des résultats interprétés), mais moins pour la biologie en général.
posté par monocytes à 10:16 AM le 18 mai 2013 [7 favoris]

en forme de poire :Pour défendre cela un peu, la plupart des revues « payer pour publier » offrent une dispense pour les auteurs qui ne peuvent pas payer. Et même dans les revues non OA, vous devez généralement payer pour, par ex. chaque figure de couleur. Enfin, au moins pour les personnes financées par le NIH, les coûts de publication représentent une partie incroyablement infime du budget, bien que pour les laboratoires avec principalement la NSF ou d'autres sources de financement et pour les universitaires en dehors de STEM, je peux imaginer que cela pourrait être plus coûteux.

Oui, désolé, je suis sûr que mon affiliation aux sciences humaines fausse un peu ma propre perception du côté financier. Juste pour jeter quelques chiffres ici, le NEH avait un budget de 167 millions de dollars en 2010 par rapport aux 30,9 milliards de dollars du NIH (merci Wikipedia), et c'est pour tout les Humanités. Un supplément de 1 000 $ à 2 000 $ est vraiment important en sciences humaines, en particulier dans les domaines où il est inhabituel d'avoir plus d'un auteur sur un article.
posté par oinopaponton à 10:22 AM le 18 mai 2013

Il existe une tonne de domaines en dehors du STEM réel dans lesquels la recherche et la publication se poursuivent, et si vous nous demandiez de commencer à apprendre TeX, vous auriez une révolution entre les mains.

Mais selon la même logique, la conversion d'un manuscrit à partir de mots ou de texte en clair ou autre vers n'importe quel logiciel de composition devrait être assez simple pour quelques scripts et une brève attention de quelqu'un à réparer les quelques erreurs inévitables.

J'ai récemment publié quelques articles dans PLos ONE et j'écris les frais de publication dans mes propositions de subvention.

C'est l'une de ces choses qui n'est tout simplement pas pertinente pour les disciplines où l'écrasante majorité de la recherche n'est soutenue par aucune subvention.

Étant donné que PLoS base les frais de publication sur l'origine du financement principal de l'article, je me demande comment ils traitent des recherches qui ne sont tout simplement financées par personne ?
posté par ROU_Xenophobe à 10h24 le 18 mai 2013 [2 favoris]

Le département de biologie où ma petite amie a obtenu son doctorat n'avait également pratiquement jamais entendu parler de TeX, ce qui m'a époustouflé. Tout le monde utilisait Microsoft Word. Je n'arrêtais pas de souligner que le temps passé à apprendre TeX serait remboursé la première fois qu'elle aurait à changer de mise en page ou de style de citation pour une revue différente, mais MSWord était trop ancré dans le département pour qu'un étudiant modeste puisse renverser la tendance.

(En avant-première : ce que monocytes a dit.)

L'administration Obama n'a-t-elle pas fait pression pour le libre accès à la recherche financée par le gouvernement cette année ? par exemple. [pdf]?
posté par hattifattener à 10:28 AM le 18 mai 2013

Je ne comprends pas vraiment les tracas. Je n'ai pas utilisé TeX depuis près de 30 ans. J'ai soumis un article assez récemment (qui a été rejeté :-D) à une conférence de MAO, et ils nous ont donné un modèle de document dans un tas de formats où il fallait simplement remplacer leur texte par le vôtre. Je l'ai fait et j'ai bien réussi la première fois - je ne me souviens même pas du programme que j'ai utilisé, cela aurait pu être Word pour tout ce dont je me souviens.

Je vous assure que les gens de l'informatique musicale n'ont pas beaucoup d'argent. S'ils peuvent le faire, ces énormes revues peuvent certainement le faire.
posté par lupus_yonderboy à 11:07 AM le 18 mai 2013 [1 favori]

D'après le rapport de la Deutsche Bank cité dans l'article :
Nous pensons que [Elsevier] ajoute relativement peu de valeur au processus de publication. Nous n'essayons pas de rejeter ce que 7 000 personnes à [Elsevier] font pour gagner leur vie. Nous constatons simplement que si le processus était vraiment aussi complexe, coûteux et à valeur ajoutée que le prétendent les éditeurs, des marges de 40 % ne seraient pas disponibles.

Le PDG d'Elsevier gagne 2 millions de dollars par an, en vendant des recherches payées par les contribuables. Elsevier vend également des recherches disponibles gratuitement.
posté par elgilito à 11:22 AM le 18 mai 2013 [7 favoris]

Comptez-moi comme un autre membre du personnel de la bibliothèque avec un accès public presque illimité aux périodiques imprimés et en ligne. Nous n'offrons le PEB à personne d'autre qu'aux étudiants et professeurs actuels car cela coûte cher et il y a des inquiétudes quant à savoir qui est responsable des documents endommagés, mais nous envoyons également beaucoup d'articles aux bibliothèques publiques. De nombreuses écoles publiques proposent également des cartes de bibliothèque et un accès aux résidents locaux.

Non pas que cela compense les obstacles à l'accès et les coûts énormes, mais juste comme avertissement, cela vaut la peine d'essayer de demander autour de vous. Et si vous publiez des articles, pensez à les placer dans un dépôt institutionnel ou à vous réserver le droit de publier une copie ou une copie en ligne.
posté par jetlagaddict à 11:49 AM le 18 mai 2013 [1 favori]


A côté de cela, les biologistes n'ont pas d'Arxiv. En fait, dans les revues suivant la règle d'Ingelfinger comme cela se fait normalement en médecine, la publication d'Arxiv invaliderait une publication pour considération. Il existe des raisons économiques et éthiques pour éviter les prépublications en médecine (toutes les études doivent être soumises à un examen par les pairs avant la publication des résultats interprétés), mais moins pour la biologie en général.

En sciences physiques et mathématiques, vous devez toujours soumettre vos articles à des revues à comité de lecture, et quelque chose d'équivalent à la règle d'Ingelfinger est généralement inscrit dans les formulaires de copyright -- ils ne publieront pas quelque chose encore à l'étude par une autre revue -- bien qu'avec exceptions faites pour les préimpressions en circulation (ils sont pointilleux sur les versions que vous faites circuler, laissent généralement quelques fautes de frappe mineures dans la version ArXiv).

Il est vrai qu'une grande différence est qu'il est généralement beaucoup plus facile de vérifier indépendamment des résultats non expérimentaux avant de citer quelque chose que de reproduire la recherche, donc quelque chose comme les mathématiques se prête exceptionnellement bien à l'existence de l'ArXiv. Cependant, je suis curieux de savoir quelles sont les "raisons éthiques et de revenus" pour éviter les préimpressions. Les motifs de revenus sont-ils pertinents dans à financement public recherche? Y a-t-il de bonnes raisons pour lesquelles il ne devrait pas y avoir de prépublications facilement accessibles résultant de la recherche médicale et biologique financée par l'État ?

De plus, dans quelle mesure les serveurs de préimpression existent-ils dans les sciences humaines ? Il semble qu'une chose de type ArXiv serait idéale dans ce contexte.

Ce commentaire (et l'article !) sont tous deux centrés sur les STEM. Il existe une tonne de domaines en dehors du STEM réel dans lesquels la recherche et la publication se poursuivent, et si vous nous demandiez de commencer à apprendre TeX, vous auriez une révolution entre les mains.

Les gens dans les sciences humaines semblent menacés par les pressions sociétales qui élèvent la rentabilité avant tout, c'est pourquoi les gens dans les sciences humaines devraient penser à éviter des choses comme Word (ou plusieurs de ses équivalents), au moins pour des raisons symboliques. TeX n'est pas un outil de composition scientifique spécialisé (ou un "outil informatique sophistiqué", comme cela a été suggéré ci-dessus, mon partenaire exécute actuellement un logiciel TeX gratuit sur un ancien netbook d'occasion de 100 $ dans l'autre pièce). C'est pour composer n'importe quoi magnifiquement, avec un haut degré de contrôle. Il est également beaucoup moins difficile d'acquérir une installation TeX que de, disons, faire de la recherche dans n'importe quel domaine. Assembler votre CV dans TeX, à partir de zéro, prendra quelques heures et vous apprendra une grande partie de ce que vous devez savoir.

En fait, les normes disciplinaires qui exigent des choses comme des documents Word contribuent probablement à dépenser inutilement de l'argent public pour des licences de logiciels, ce qui est un problème similaire à celui des bibliothèques universitaires publiques qui doivent acheter des liasses ridicules de revues à Elsevier ou autre. C'est une incursion d'entreprise inappropriée dans une institution publique, et les dépenses qui en résultent n'aident personne à plaider en faveur d'un financement de la recherche auprès d'un public de plus en plus insensé à propos de la recherche (en particulier la recherche en sciences humaines).
posté par kengraham à 12:13 PM le 18 mai 2013 [2 favoris]

Je sais que c'est en haut du fil, mais c'est faux et je ne peux pas le laisser ici :

Cornichon au chocolat : Un autre exemple de ce genre de chose que j'ai toujours ressenti : les grands télescopes sont presque universellement construits avec l'argent public. Mais lorsque les astronomes font des observations, ils ont des droits exclusifs sur les résultats. C'est particulièrement le cas avec le Hubble, mais s'applique également à des choses comme le VLA et le Gemini.

Si nous l'avons payé, pourquoi ne le possédons-nous pas ?

Vous n'avez pas payé la majeure partie, mais vous en êtes quand même propriétaire.

1) La NSF/NOAO/NRAO/NASA/etc. contribuent en partie, mais la plupart des grands télescopes au sol sont également construits avec des fonds provenant d'universités, de fondations privées, de musées et d'agences publiques d'autres pays, dans le cadre d'un partenariat public-privé. Une ventilation des télescopes optiques IR avec participation du public est à noter ici qu'elle n'inclut pas certains des plus grands télescopes comme Subaru, les télescopes VLT et GTC, faute d'implication significative du public américain.

2) La plupart des données sur ces télescopes sont rendues publiques après une certaine période d'embargo. Gemini, dans votre exemple, donne 18 mois VLA et Hubble donne un an. Je ne considère pas cela comme déraisonnable --- si vous avez planifié et effectué les observations, pourquoi n'auriez-vous pas essayé les données avant vos concurrents ?

3) De plus, ces données sont accessibles à tous, généralement à partir d'archives hébergées par les différents observatoires. Les archives VLA et Gemini peuvent être consultées à partir d'ici et d'ici, respectivement les données de nombreuses missions d'astronomie spatiale, y compris Hubble, sont disponibles auprès du MAST.
posté par Upton O'Good à 12:19 PM le 18 mai 2013 [2 favoris]

Avec tout le respect que je vous dois, je ne comprends pas comment quelqu'un pourrait écrire :

Il y a une tonne de domaines en dehors du STEM réel dans lesquels la recherche et la publication se poursuivent, et si vous nous demandiez de commencer à apprendre TeX, vous auriez une révolution entre vos mains.

sans gêne. Les gens dans les domaines STEM ne sont pas complètement formés du front de Gauss avec une mémoire génétique de LaTeX - nous appris il. Et vous pouvez aussi.

Dire que vous ne pouvez pas apprendre LaTeX revient à dire que vous ne pouvez pas suivre les instructions étape par étape. Les premiers 90% de LaTeX, ce qui est autant que la plupart des gens utilisent jamais, peuvent être appris en une heure, au maximum. Environnements, sections, figures, BibTeX c'est vraiment tout ce que vous devez savoir pour composer 99% des articles. Je ne comprends pas comment quelqu'un pourrait dire sans rire qu'il est capable de faire des recherches, c'est-à-dire de découvrir des vérités jusqu'ici inconnues sur le monde, mais incapable de comprendre ce que section moyens.

PS : En outre, des points bonus pour les accusations d'être "centré sur les STIM". C'est comme le bingo Metafilter.
posté par lambdaphage à 12:55 PM le 18 mai 2013 [3 favoris]

Je signale simplement que l'accès à un document est plutôt inutile si vous n'avez pas l'argent pour en faire quoi que ce soit. Dupliquer ce qu'il y a dans un papier chimique coûte cher. Si vous ne pouvez pas vous permettre le papier, vous ne pouvez VRAIMENT pas vous permettre de faire quoi que ce soit d'utile avec.

Je ne dis pas que les frais ne devraient pas être plus raisonnables, et qu'il ne devrait pas y avoir d'éditeurs plus respectés pour faire baisser les prix, ou peut-être la réglementation des prix à quelque chose de sensé, mais supposons que le prix ait été baissé à quelque chose de sensé, je ne Je ne vois pas pourquoi il doit être gratuit, car si vous ne pouvez pas vous permettre le journal, il n'y a aucun moyen de vous permettre les réactifs et l'espace de laboratoire pour UTILISER quoi que ce soit dedans.

Sinon, pourquoi ne pas mettre en place un système de troc ? Au lieu de référer des articles gratuitement, chaque fois qu'un prof de l'université arbitre un article pour cette revue, le coût de l'abonnement diminue d'un certain montant. Cela nous donnerait également un excellent moyen de financer la vérification des résultats, ce qui a toujours été problématique. Dupliquez une expérience de manière indépendante, obtenez une énorme réduction sur les frais des journaux.
posté par Canageek à 13:10 le 18 mai 2013 [1 favori]

Honnêtement, cependant, si vos papiers ne sont pas pleins d'équations, de diagrammes ou d'annotations multilingues compliquées, il n'y a aucune raison que vous devrait ressentir le besoin d'apprendre (La)TeX. Enfer - même si vos papiers sont plein de tout ça, si vous êtes prêt à travailler pour rendre cette merde lisible dans Word, plus de puissance pour vous.

Le vrai problème ici n'est pas TeX contre Word. C'est "lisible et compréhensible" contre "illisible et incompréhensible."

Mais voici le truc. Rédiger un papier lisible et compréhensible est plus difficile dans les disciplines où il y a beaucoup de notations spéciales (et ce n'est pas seulement STEM, cela inclut aussi la linguistique, certains recoins de la critique textuelle, la théorie musicale, etc. etc. etc.). Dans tous ces domaines, il y a un travail supplémentaire à faire pour s'assurer que toutes les notations sont correctes. Et dans tous ces domaines, il y a des auteurs qui sont disposés et capables de faire eux-mêmes ce travail supplémentaire, et d'autres qui ne le sont pas. Ce qui signifie que dans tous ces domaines, les utilisateurs de composition (quel que soit le logiciel qu'ils utilisent) effectuent un travail vraiment utile qui ne serait pas effectué de manière cohérente dans un monde où tout se passait sur ArXiv et c'était tout.

(La physique pourrait être une exception. Je ne lis pas d'articles de physique, donc je ne sais pas. Les mathématiques sont certainement ne pas une exception. J'ai lu des prépublications mathématiques qui sont douloureusement illisible, préparé par des mathématiciens qui pourrait l'ont rendu lisible mais n'a pas pris la peine de le faire. Les éditeurs de revues mathématiques rendent un véritable service au domaine soit en rafraichissant cette merde eux-mêmes, soit en la renvoyant à l'auteur avec une liste de demandes.)
posté par Maintenant, il y en a deux. Il y en a deux _______. à 13:12 le 18 mai 2013 [1 favori]

PS : En outre, des points bonus pour les accusations d'être "centré sur les STIM". C'est comme le bingo Metafilter

Vous écrivez cela comme si c'était une distinction stupide et dénuée de sens. Mais la différence entre inclure les frais de publication dans votre proposition de subvention et les payer de votre poche est, je vous l'assure, moins que subtile.

Les gens dans les domaines STEM ne sont pas complètement formés du front de Gauss avec une mémoire génétique de LaTeX

Il y a peu de raisons pour que quelqu'un écrivant dans l'histoire ou la littérature, ou dans d'autres domaines où vos articles sont susceptibles de n'être que du texte, apprenne TeX. Un éditeur pourrait simplement alimenter le Word/texte en clair dans un script qui le convertirait en tex, troff, adobe-whatever, ou tout ce que l'éditeur/compositeur utilise.

(Je pense que les types STEM surestiment également la mesure dans laquelle les éditeurs et les compositeurs utilisent LaTeX pour la production)
posté par ROU_Xenophobe à 13:41 le 18 mai 2013 [3 favoris]

Pour de nombreux chercheurs, la rédaction des résultats à publier et la mise en forme précise d'un journal sont l'une des parties les moins amusantes de leur travail. Ce n'est pas ce qu'ils veulent faire, ce qu'ils veulent faire, c'est plus de recherche !

Tellement vrai!! Vous avez été embauché pour faire de la RECHERCHE - ce concept selon lequel tout le monde est censé être bon en tout doit cesser ! De manière comparable - et sans doute un déraillement - pourquoi le comité de l'IRB renvoie-t-il le consentement pour la sixième fois exactement au même chercheur pour une réécriture - ils pensent que cette fois, le locuteur natif russe va déterminer quel est le niveau de lecture des États-Unis en 6e année est? C'est comme demander à un étudiant en éducation de faire mon analyse statistique ! Lorsque les stagiaires demandent des conseils dans leur recherche d'emploi, je ne mentionne jamais l'équilibre travail-vie personnelle, le salaire, blablabla. Au lieu de cela, je leur recommande de rechercher l'endroit qui leur permet d'utiliser leurs compétences et offre un soutien à ceux qu'ils n'ont pas. Par exemple, offre-t-il un bon support informatique, une assistance professionnelle avec des affiches/papiers au-delà du simple service d'impression, des personnes financières pour aider à la budgétisation, etc. Les bonnes personnes, les bons outils = le bon travail - quand cela a-t-il été oublié !
posté par beaning à 14:28 le 18 mai 2013 [4 favoris]

Vous écrivez cela comme si c'était une distinction stupide et dénuée de sens. Mais la différence entre inclure les frais de publication dans votre proposition de subvention et les payer de votre poche est, je vous l'assure, moins que subtile.

Je ne comprends sincèrement pas ce point. Si vous ne pouvez pas demander de frais de publication dans la proposition de subvention, le coût de la préparation du manuscrit ne devient-il pas Suite pressage? C'est-à-dire, les gens dans les sciences humaines ne devraient-ils pas se soucier encore plus que les scientifiques d'utiliser une composition gratuite et de qualité professionnelle ? Les sentiments sur la résistance à la domination des entreprises, le système et l'homme semblent répandus dans les sciences humaines, mais lorsqu'on leur montre un moyen concret et pratique de se débarrasser de certains des patrons universitaires, les mêmes érudits deviennent, selon l'expression d'un célèbre humaniste, "des monstres de l'incuriosité".

Le point central ici est que la plupart des revues doivent engager quelqu'un pour la composition si ces revues devaient simplement publier un modèle TeX à la place, ce problème deviendrait complètement trivial.Tout moment du processus de publication dans lequel l'intelligence humaine exécute une fonction compatible avec la machine est un gaspillage d'argent pour la recherche, et cette observation est invariante par rapport au domaine universitaire.

Il y a peu de raisons pour que quelqu'un écrivant dans l'histoire ou la littérature, ou dans d'autres domaines où vos articles sont susceptibles de n'être que du texte, apprenne TeX. Un éditeur pourrait simplement alimenter le Word/texte en clair dans un script qui le convertirait en tex, troff, adobe-whatever, ou tout ce que l'éditeur/compositeur utilise.

Je pensais que le but de cette discussion était d'identifier les intermédiaires dont l'existence justifiait de faire payer au public la recherche qu'ils payaient. Le problème avec un tel script hypothétique est que .docx est toujours un format quasi-propriétaire (pour ne rien dire de .doc) et la viabilité d'un tel script dépend du fait que Microsoft ne fait pas à XML ce qu'ils sont singulièrement connus pour faire à d'autres formats. . J'adorerais que cela se produise, mais à l'heure actuelle, convertir .docx en .tex de manière convaincante en moins de temps qu'il n'en aurait fallu pour composer le document original semble être un crapshoot.

Bien que les avantages de TeX ne soient pas négligeables si vous devez composer une seule équation, ils restent substantiels même si votre article est un texte structuré pur. En fait, j'ai commencé à utiliser TeX lorsque j'étais étudiant en philosophie au premier cycle, et je n'ai jamais regardé en arrière.

c'est que les gens ne veulent pas apprendre un autre système de publication

Ce n'est pas comme si je demandais aux universitaires d'apprendre autre chose en plus de ce qu'ils utilisent déjà, je leur demandais de renoncer entièrement à leurs anciennes habitudes. En tant qu'universitaire, vous devrez apprendre un système ou un autre pour rédiger des articles, et cela pourrait aussi bien être un système gratuit et techniquement supérieur plutôt qu'un système propriétaire et inférieur. Kieran Healy (un sociologue !) a quelques remarques à lire à ce sujet.

. obtenir la mise en forme fastidieuse spécifique au journal.
L'idée même de TeX est de séparer la forme du contenu. Prenez le même document, structuré en .docx et .tex, et convertissez-le des exigences de style d'une revue à celles d'une autre. Dites-moi combien de temps cela prend dans chaque format.
posté par lambdaphage à 14:44 le 18 mai 2013 [1 favori]

Oui, je sais, lambdaphage. C'est justement mon propos : ça va éviter des tracas à long (voire à moyen-court) de passer à TeX. Ce que j'essaie de dire, ce n'est pas que, dans une analyse rationnelle, il est logique de s'en tenir à MSWord. Ce que j'essaie d'expliquer, c'est pourquoi les gens ne veulent même pas faire cette analyse. Parce qu'ils ne voient pas l'écriture et surtout la préparation comme une partie principale de leur métier de scientifique.

Tellement vrai!! Vous avez été embauché pour faire de la RECHERCHE - ce concept selon lequel tout le monde est censé être bon en tout doit cesser !

Je pense que cela va trop loin dans l'autre sens, cependant. Une partie très centrale de la science est communiquer vos découvertes à d'autres scientifiques et cela signifie être capable d'écrire et de présenter clairement. Et cela signifie non seulement être capable d'enchaîner les mots de manière claire et grammaticale, non seulement être capable de créer un chiffre compréhensible ou de présenter un discours engageant, mais également être capable d'utiliser les outils nécessaires pour faire ces choses.

puis appliquez vos compétences en programmation à un traitement de texte open source qui présente un frontal de type Microsoft Word complet (et fiable)

Certains existent (par exemple LyX ou quelle que soit son incarnation actuelle). Mais présenter un "front-end de type Microsoft Word" perd immédiatement une grande partie des avantages d'un système de type TeX. Par analogie… avez-vous déjà travaillé avec des documents de quelqu'un qui a appris toutes ses compétences à l'ère de la machine à écrire ? Avez-vous remarqué comment ils font des choses qui rendent tout plus difficile, comme l'utilisation d'espaces pour indenter des paragraphes, des retours de ligne durs pour chaque saut de ligne et plus d'espaces pour l'alignement tabulaire, au lieu de simplement dire à Word quoi faire et de le laisser faire ? La différence entre Word et TeX est comme ça, mais plus encore.
posté par hattifattener à 15:04 le 18 mai 2013

LyX en tant que traitement de texte est assez génial, une fois configuré (bien que le processus soit toujours compliqué par rapport à Word ou Libre).

Un autre problème majeur, cependant, est que de nombreuses revues, par exemple en biologie exiger manuscrits à soumettre sous forme de fichiers Word. Même un .pdf d'un document LaTeX n'est pas acceptable pour la version finale. Vous pouvez convertir en rtf ou html ou autre, et je l'ai fait, mais ces outils sont encore assez imparfaits, vous finissez donc par perdre du temps à le nettoyer dans Word à l'autre bout. (Et omfg, ne me lancez pas sur l'abomination surnaturelle qu'est Endnote.)
posté par en forme de poire à 15:13 le 18 mai 2013

Pour revenir au FPP, je pense qu'un gros problème est que s'il existe quelques revues OA avec un prestige comparable à, par exemple, Nat/Sci/Cell, ou Nat Genet, ou PNAS, il y en a beaucoup moins. Vous ne pouvez donc pas jouer à ce jeu consistant à vous faire rejeter après des critiques médiocres à Science, puis à vous retourner, à faire quelques ajustements et à tenter votre chance à Nature et/ou Cell. Si vous ne vous lancez pas dans la biologie PLoS (ou je suppose que eLife ces jours-ci), votre prochaine option sera de descendre de manière significative sur l'échelle d'impact. Tous les PI ne jouent pas à ce jeu, bien sûr, mais si vous essayez de maximiser les mesures conventionnelles d'impact, c'est une stratégie.

C'est malheureux car il y a des récompenses majeures pour passer à des revues OA en ligne uniquement. Un gros problème que les auteurs mentionnent, et qui va continuer à devenir de plus en plus important à mon humble avis, est que les données peuvent cohabiter avec le papier dans un format en ligne. Vous pouvez même demander aux scientifiques de soumettre des données brutes, soit à la revue, soit à un référentiel (comme GEO). Quelqu'un que je connais a soumis l'intégralité de son cahier de laboratoire en tant qu'informations supplémentaires, faisant littéralement de tout ce qu'il a fait une partie du dossier scientifique permanent, ce qui est à la fois génial et super courageux. Ce serait incroyable si cela devenait plus courant (bien qu'honnêtement, je serais un peu terrifiée - et je devrais rendre mes cahiers beaucoup plus clairs dès le début si je voulais le faire un jour !).
posté par en forme de poire à 15h35 le 18 mai 2013 [2 favoris]

Je ne comprends sincèrement pas ce point. Si vous ne pouvez pas demander de frais de publication dans la proposition de subvention, le coût de la préparation du manuscrit ne devient-il pas plus pressant ?

Non, car le coût de préparation du manuscrit pour le chercheur est + un peu de temps.

Le problème avec un script aussi hypothétique est que .docx est toujours un format quasi-propriétaire

Cela, pour les pièces qui ne sont que du texte, peut être converti en un flux de texte ASCII en le copiant dans un éditeur de texte.

Prenez le même document, structuré en .docx et .tex, et convertissez-le des exigences de style d'une revue à celles d'une autre. Dites-moi combien de temps cela prend dans chaque format.

Écoutez, j'écris tous mes trucs en LaTeX à moins que j'aie des problèmes de co-auteur, mais cet avantage particulier de TeX est survendu. Combien de temps faudra-t-il pour passer d'un format de revue à un autre ? Dépend. Est-ce qu'ils utilisent ou acceptent tous les deux les mêmes citations et packages bibliographiques, ou dois-je passer par et baiser avec tous mes citeasnoun et citeyear et ainsi de suite ? (J'ai en fait abandonné cela et j'ai juste tout mis manuellement suivi d'un ocite à l'entrée de dossard appropriée). L'un d'eux utilise-t-il un fichier .cls personnalisé avec des environnements bizarres qui veulent que les choses soient différentes de celles de vanilla LaTeX ?

Vous pouvez convertir en rtf ou html ou autre, et je l'ai fait, mais ces outils sont encore assez imparfaits, vous finissez donc par perdre du temps à le nettoyer dans Word à l'autre bout.

Je comprends ça aussi, mais à ce moment-là, c'est déjà accepté. Donc, je prends tout ce que latex2rtf m'a donné et je le leur envoie. Tiens, prends de la vilaine merde. Vous vous en occupez.
posté par ROU_Xenophobe à 16h25 le 18 mai 2013 [2 favoris]

Écoutez, j'écris tous mes trucs en LaTeX à moins que j'aie des problèmes de co-auteur, mais cet avantage particulier de TeX est survendu.

Ouais. L-O-fucking-L à LaTeX étant portable ou du tout un cas de préoccupations bien séparées. Est-ce le membre le plus puissant de sa classe ? Absolument. Est-il élégant ou modulaire ou prévisible ? Non, c'est un tas de merde laid et anachronique avec une syntaxe insensée et incohérente et il est bourré de pièges dépendants de l'environnement. Quiconque s'y rapporte avec une émotion autre que la résignation souffre clairement du syndrome de Stockholm, car tout programmeur soucieux de l'expressivité devrait s'oublier pour penser que LaTeX est bien conçu. Je comprends pourquoi il est utilisé, mais je ne comprends pas pourquoi il est aimé.
posté par invitapriore à 20:31 le 18 mai 2013 [4 favoris]

Oh hey n'est-ce pas intéressant, il n'y a rien là-bas

Que se passe-t-il lorsque le plus grand groupe de crowd-sourcers de merde, des gens qui sont des étudiants de manière disproportionnée ayant accès à ces articles payants, veulent protester contre les poursuites contre Schwarz d'une manière potentiellement illégale ? oh hé DDOS c'est utile.

Tout le monde s'en fout. Les seules personnes qui souhaitent accéder à ces articles sont des universitaires (qui savent comment y accéder, qui y ont accès). Eh bien, et une poignée de personnes qui sont probablement considérées comme des chapeliers de papier d'aluminium.
posté par nathan v à 22:41 le 18 mai 2013

Eh bien, tous les universitaires n'y ont pas accès. Oui, si vous êtes HYP, vous pouvez simplement cracher tout ce qu'Elsevier demande, mais si vous êtes un collège communautaire avec à peine un budget de photocopie, pas tellement.

En ce qui concerne le contournement des paywalls, je pense que vous cherchez simplement au mauvais endroit - si vous regardez, vous pouvez trouver des tableaux entiers où les gens demandent le téléchargement des fichiers .pdf de documents particuliers, ils ne les torrent tout simplement pas sur la baie des pirates.
posté par en forme de poire à 23h00 le 18 mai 2013

Oui, je suis désolé-- Je voulais dire que les universitaires ont accès, sinon à de bonnes bibliothèques, alors à des connaissances qui les mènent à accéder. Les professeurs des collèges communautaires ont fait le rigamarole. Ils se rendent compte que si vous avez besoin d'un article, il existe des moyens de l'obtenir.

Ce n'est pas tout à fait vrai des amateurs. Ils n'y ont pas accès. Si l'un de vos parents veut vérifier les études justifiant une prescription, il n'a probablement aucun moyen de le faire. (Ils devraient avoir un moyen de le faire.)

Ce qui me dérange, c'est que la solution est si simple. Cela ne nécessite pas de boycotter Elselvier. Il ne nécessite pas d'arrêté présidentiel. Tout ce qu'il faut, c'est l'accumulation d'une "action directe".
posté par nathan v à 01h20 le 19 mai 2013

Je signale simplement que l'accès à un document est plutôt inutile si vous n'avez pas l'argent pour en faire quoi que ce soit. Dupliquer ce qu'il y a dans un papier chimique coûte cher. Si vous ne pouvez pas vous permettre le papier, vous ne pouvez VRAIMENT pas vous permettre de faire quoi que ce soit d'utile avec.

Je pense qu'il est un peu idiot de suggérer que la seule raison pour laquelle vous prenez un article est de trouver la méthode/synthèse/tout ce dont vous avez besoin. Les gens peuvent lire toutes sortes de journaux pour toutes sortes de raisons – parfois juste pour le plaisir, et c'est bien aussi. Ils l'ont payé. Ils devraient pouvoir.

Et quand nous parlons de recherche médicale, les gens veulent pouvoir lire des articles parce que ces articles sont directement liés à leur propre santé. J'ai préparé des rendez-vous médicaux importants avec des séances de pub plus d'une fois dans ma vie. Plus de gens devraient avoir cette option.
posté par gerstle à 13:00 le 19 mai 2013 [3 favoris]

"Utilisation vraiment mineure" en fréquence, oui. Utilisation vraiment mineure en importance, non.

Un tarif d'abonnement pour une seule personne ne résoudrait pas vraiment ce problème. Lorsque vous avez besoin de savoir quelque chose, vous lisez dix articles sur le sujet. Ils sont tous dans des revues différentes. Vous dépenseriez toujours 300 $ chaque fois que vous auriez une décision médicale importante à prendre.

J'admets que probablement une petite minorité de patients feraient la recherche eux-mêmes. Mais l'idée que c'est là-bas, qu'ils l'ont payé et qu'ils ne peuvent pas le voir est assez inadmissible.

Et encore une fois, je défendrais également le droit du citoyen moyen de lire ce qu'il veut juste pour le plaisir. Je lis certainement des choses qui sont très éloignées de ce que je suis réellement formé pour comprendre, et je l'apprécie. Je suis sûr que d'autres aimeraient pouvoir le faire aussi.
posté par gerstle à 5:06 AM le 20 mai 2013 [4 favoris]

FUD : En même temps, je veux publier mes recherches quelque part où elles ont une chance d'être lues. Mettre l'accent sur les facteurs d'impact est une bonne chose, mais je pense que je suis plus susceptible d'avoir quelqu'un qui prête attention à mes recherches dans JACS, Inorg. Chem. ou Organomettalics puis The Journal of Obscure Science.

Gerstle : Je ne suis pas d'accord. Si je veux lire un roman, je vais bien payer 10 $ pour acheter le livre de poche. Si je veux lire National Geographic, je prends un abonnement. Le problème, c'est que les coûts d'un seul article sont fous (30 $ pour 48 heures ? Ça fait trois romans !) et que l'accès institutionnel s'additionne très vite. Je pense qu'ils doivent amener les frais à un niveau raisonnable et arrêter la double déduction (payer pour publier OU payer pour lire. Choisissez-en un bon sang).
posté par Canageek à 9:22 AM le 22 mai 2013

« Older Le mythe de l'efficacité nazie | Rubber Ducky, tu es mon meilleur ami, si. & raquo plus récent


FAQ sur la préimpression

Mise à jour 2020-06 : Merci à Oya Rieger, Alex Mendonça, Emily Marchant, Iratxe Puebla, John Inglis, Martyn Rittman, Mate Palfy, Sowmya Swaminathan, Alice Meadows, Katie Funk et Allison Leung pour leur contribution à cette révision.

Vous avez une question à laquelle vous n'avez pas répondu ci-dessous ? N'hésitez pas à l'envoyer par e-mail à [email protected]

Général

  1. Qu'est-ce qu'une préimpression ?
  2. Les prépublications sont-elles compatibles avec les revues ?
  3. Une préimpression peut-elle aider ma soumission de journal ?
  4. Pourquoi les gens utilisent-ils des préimpressions ? Quelle est leur valeur ?
  5. Qu'est-ce qui constitue une préimpression et quand dois-je soumettre mon travail en tant que préimpression ?
  6. En tant que revue, institution ou bailleur de fonds, devons-nous gérer un serveur de préimpression ?
  7. En tant que revue, comment pouvons-nous nous assurer que nous sommes ouverts à la soumission de prépublications ?
  8. Les préimpressions fonctionnent-elles avec la révision en double aveugle ?
  9. Les bailleurs de fonds et les comités de recherche d'emploi accordent-ils du crédit aux prépublications ?
  10. Pourquoi publier un article si l'ouvrage est déjà une prépublication ?
  11. Où puis-je trouver des préimpressions ? Les préimpressions seront-elles intégrées à PubMed ou à un service similaire ?
  12. Où se produisent les commentaires de préimpression ?
  13. Les commentaires de préimpression peuvent-ils nuire à mon papier ?
  14. Quels sont les principaux arguments contre les prépublications ou les éventuelles conséquences imprévues ?
  15. Quels sont les serveurs de préimpression pour la biologie ?
  16. Sans examen par les pairs, comment savoir si une préimpression est défectueuse ?
  17. Les préimpressions établissent-elles la priorité ?
  18. Comment citer une prépublication dans une publication de revue ?
  19. Les préimpressions sont-elles en libre accès ?
  20. Et si des informations incorrectes étaient diffusées au grand public ?
  21. Puis-je préimprimer si je veux breveter mon travail ?

Soumettre des préimpressions

  1. Que dois-je considérer avant de pré-imprimer ?
  2. Comment dois-je préparer ma préimpression avant d'appuyer sur le bouton Soumettre ?
  3. Puis-je soumettre à plusieurs serveurs de préimpression ?
  4. Quelles revues autorisent les prépublications ?
  5. Quelle licence dois-je choisir pour ma préimpression ?
  6. Une prépublication diffère-t-elle d'une soumission à une revue ?
  7. Quand dois-je préimprimer ?
  8. Dois-je soumettre toutes les informations sur la façon dont le travail a été effectué (par exemple, toutes les méthodes) ?
  9. Qu'en est-il du partage des données, du code et des réactifs décrits dans une préimpression ?
  10. Qu'en est-il de la co-soumission d'articles de différents laboratoires ?
  11. Que faire si je veux réviser ma préimpression ?
  12. Que faire si je veux retirer ma préimpression ?
  13. Que se passe-t-il si j'ai été « écopé » par un autre article paru dans un journal ou un serveur de préimpression ? Dois-je soumettre une préimpression ?

Ramassage

Oui. Bien que les prépublications et les articles de revues permettent aux chercheurs de diffuser leurs résultats à la communauté des chercheurs, ils sont complémentaires en ce sens que les prépublications représentent une opportunité de diffusion à un stade précoce.

Dans la plupart des cas, le même travail publié en tant que prépublication est également soumis à un examen par les pairs dans une revue. Ainsi, les prépublications (rapides, mais non validées par un examen par les pairs) et la publication de revues (lente, mais fournissant une validation à l'aide d'un examen par les pairs) fonctionnent en parallèle comme un système de communication pour la recherche scientifique.
Dans de nombreux domaines, la majorité des revues autorisent la soumission et la citation de prépublications. Pour avoir une idée des politiques de préimpression, vous pouvez consulter SHERPA/RoMEO, Transpose ou la liste des revues universitaires de Wikipedia par politique de préimpression. Cependant, avant de soumettre un manuscrit, vérifiez toujours le site Web de la revue pour les changements récents ou toute nuance de sa politique.

De nombreux serveurs de préimpression sont intégrés à un ou plusieurs journaux, ce qui permet de soumettre à la fois à un serveur et à un journal. Affichez ces intégrations dans le répertoire Preprint Server .

Les serveurs de préimpression peuvent également servir de « place de marché » pour les éditeurs de revues afin d'inviter des soumissions dans leurs revues. PLOS Genetics a des « éditeurs de pré-impression », décrits dans cet article. Les actes de la Royal Society B ont également un éditeur de prépublication. En savoir plus sur notre page sur les politiques et pratiques des revues.

Les commentaires sur les prépublications (que ce soit sur le site de prépublication, sur les réseaux sociaux ou sur des sites tels que preLights , PREreview ou Peer Community In ) peuvent aider les auteurs à améliorer leur article et pourraient également être utilisés pour éclairer le processus d'évaluation par les pairs de la revue. Par exemple, PLOS pilote un programme dans lequel les auteurs peuvent opter pour que les commentaires de la communauté sur les serveurs de pré-impression soient pris en compte par les éditeurs avec l'examen par les pairs traditionnellement soumis. La plate-forme Review Commons (une collaboration entre ASAPbio et EMBO) permet aux auteurs de publier des prépublications arbitrées qui peuvent également être soumises à des revues affiliées.

Parce que la publication de revues peut être lente et le processus d'évaluation par les pairs imprévisible, les prépublications fournissent un mécanisme pour communiquer rapidement la recherche avec la communauté scientifique. C'est bon pour la science dans son ensemble, car la diffusion de nouvelles connaissances ou techniques conduit à de nouvelles découvertes. Cependant, il existe des avantages tangibles pour le scientifique qui utilise des préimpressions, dont un sous-ensemble est décrit ci-dessous. Bon nombre de ces points sont également articulés dans un commentaire de Science Magazine (20 mai 2016).

  • Accélérer la découverte de travaux intérimaires lorsque des informations opportunes sont particulièrement précieuses (comme la pandémie de COVID-19 – voir la ressource ASAPbio sur COVID-19 et les prépublications)
  • Preuve de productivité et d'accomplissement. Une préimpression fournit aux agences de financement et aux comités de promotion et d'embauche des preuves publiques de vos réalisations les plus récentes, ce qui est pertinent pour leur prise de décision.
  • Augmentation de la visibilité et de l'attention. La publication d'une prépublication augmente l'attention et les citations sur les réseaux sociaux ( Serghiou 2018 , Fraser 2019 , Fu 2019 ). Il favorise également l'invitation aux réunions puisque les organisateurs recherchent souvent des travaux récents non publiés dans des revues.
  • Retour sur votre travail. Vous pouvez envoyer le lien de votre prépublication publique à d'autres scientifiques et demander des commentaires. Parfois, les scientifiques peuvent vous contacter par e-mail ou via des commentaires sur le serveur. Ce type d'interactions et de commentaires peut vous aider à améliorer votre publication finale dans une revue au-delà des deux ou trois scientifiques anonymes qui révisent votre article pour une revue.
  • Établir la priorité des découvertes et des idées.Les prépublications sont le principal mécanisme de diffusion des travaux et d'établissement des priorités dans la communauté des physiciens, et nous prévoyons que cela se développe en biologie (voir le projet de document de la récente réunion ASAPbio et un article eLife de Vale et Hyman).
  • Potentiel pour développer de nouvelles collaborations plus tôt. Une fois que votre technique ou vos résultats sont dans le domaine public, de nouvelles interactions peuvent se produire et faire avancer votre travail.
  • Accès gratuit à votre travail. Votre recherche est mise à la disposition de tous les scientifiques sans abonnement ni mur payant imposé par la revue.

Une préimpression est généralement le même manuscrit qui est soumis à une revue, bien que d'autres types d'informations actuellement difficiles à publier (par exemple, des résultats négatifs) puissent être transmis. Veuillez consulter nos questions connexes dans la section « Envoi de préimpressions ».

De nombreux éditeurs ont lancé leurs propres serveurs de préimpression (y compris Wiley’s Under Review, l’utilisation par Springer Nature du service Research Square In Review et preprints.org de MDPI).
Cependant, il n'est pas nécessaire qu'un journal lance son propre serveur de préimpression car de nombreux référentiels peuvent remplir cette fonction. Pour obtenir une liste des serveurs pertinents pour les sciences de la vie et leurs caractéristiques, consultez le répertoire des serveurs de préimpression.

Concevez une politique de préimpression claire et complète et incluez-la dans les Instructions aux auteurs. Vous voudrez peut-être considérer des éléments tels que :

  • Quelle version du manuscrit peut être publiée ? Soumis pour la première fois, après examen par les pairs, toutes les versions (y compris les postprints), etc. ?
  • Quelles licences sur les préimpressions sont prises en charge ?
  • Les prépublications peuvent-elles être citées dans la liste de référence ?
  • Les auteurs sont-ils libres de publier sur n'importe quel serveur ?
  • Avec quel type de couverture médiatique de la prépublication les auteurs peuvent-ils ou doivent-ils s'engager ?
  • Souhaitez-vous proposer une politique de protection des scoops, telle que celle proposée par Journal de l'EMBO,eLife, et PLOS Biologie?

Pour des exemples de politiques de préimpression, voir eLife, PLOS et Nature Research.

Idéalement, collectez des informations de préimpression (telles que le DOI ou un autre identifiant) lors de la soumission du manuscrit. Envisagez des intégrations technologiques avec des serveurs de préimpression pour faciliter le transfert de manuscrits (par exemple, B2J et/ou J2B pour bioRxiv et medRxiv, protocole SWORD pour se connecter à l'OPS de PKP, etc.).

Un processus d'examen est considéré comme « en double aveugle » si ni les auteurs ni les examinateurs ne connaissent l'identité des uns et des autres. Bien qu'il soit relativement rare dans les sciences de la vie, il est plus répandu dans les sciences sociales et humaines. L'examen en double aveugle est une approche pour atténuer les biais dans l'examen, qui peuvent aller d'un biais contre les auteurs correspondants féminins (noté dans les études des revues Frontiers, eLife et AGU) à un biais envers les auteurs au sein des propres réseaux de co-auteurs de l'examinateur. Pour les revues et disciplines qui utilisent l'évaluation en double aveugle, il s'agit d'une partie importante de leur processus d'évaluation par les pairs.

Cependant, l'examen par les pairs en double aveugle ne peut pas éliminer tous les biais puisque de nombreuses décisions incombent aux éditeurs et parce que de nombreux examinateurs peuvent déjà deviner avec succès l'identité des auteurs. Comme le résume Hilda Bastian : « Le taux d'échec de la mise en aveugle [dans 8 essais] était élevé : les taux d'échec moyens variaient de 46 % à 73 % (bien que dans 1 journal au sein d'un des essais, il n'était que de 10 %). » Les taux d'échec en aveugle peuvent être influencés par la rigueur avec laquelle les auteurs masquent leur identité dans le manuscrit, par exemple en faisant référence à des travaux antérieurs.

Les préimpressions peuvent rendre plus difficile la préservation de l'aveuglement. À l'heure actuelle, aucun serveur de préimpression n'autorise la publication anonyme, ce qui pourrait compromettre de nombreux avantages des préimpressions, tels que la visibilité et la reconnaissance, et soulever des défis liés aux divulgations éthiques. COPE décourage la publication de prépublications sous pseudonyme pour des raisons similaires. Cela dit, il existe également de nombreuses autres sources d'informations qui pourraient compromettre la cécité. Par exemple, les annonces de séminaires, les résumés ou programmes de conférences ou les publications sur les réseaux sociaux sont tous consultables sur le Web. On s'attend cependant à ce que les arbitres participant à une évaluation en double aveugle ne tentent pas de découvrir l'identité des auteurs de manuscrits et se récusent d'examiner des articles avec des auteurs connus d'eux.

Cela signifie que toute visibilité précoce du travail peut soit nuire à l'intégrité du processus de révision en double aveugle (si les réviseurs ignorent les demandes pour éviter de tenter d'identifier les auteurs), soit rendre plus difficile la recherche de réviseurs appropriés. Bien qu'exacerbé par les préimpressions, ce problème ne leur est en aucun cas unique.

Nous suivons les politiques des deux bailleurs de fonds (y compris NIH, HHMI, Wellcome, MRC, HFSP, CZI, CIHR, Simons, EMBO, Helmsley, Cancer Research UK, & BBSRC) et des universités qui ont pris en compte les prépublications dans les processus d'évaluation (y compris UC Davis , NYU, UCSC, UT Austin et l'Université Rockefeller).

Par exemple, le 24 mars 2017, le NIH américain a publié NOT-OD-17-050, qui clarifie que « le NIH encourage les chercheurs à utiliser des produits de recherche provisoires, tels que des préimpressions », qui peuvent être cités n'importe où. d'autres produits de recherche sont cités. Plus de détails peuvent être trouvés dans un prochain article de blog du NIH.

Certains bailleurs de fonds ( CZI , MJFF et Aligning Science Against Parkinson's ) exigent désormais des prépublications. En 2021, Wellcome commencera à exiger des préimpressions en cas de « bénéfice important pour la santé publique ».

Dans le système de récompense actuel, les publications dans les revues jouent un rôle majeur dans le financement et les promotions. Pour de telles raisons, la grande majorité des prépublications d'articles de recherche en physique (c'est-à-dire non les actes de réunion, les comptes rendus, etc.) sont également soumises à des revues (voir la diapositive 13 de l'exposé de Paul Ginsparg), même si le travail est généralement le domaine. toujours vu et discuté d'abord comme un preprint.

Cependant, les revues offrent de nombreux services d'amélioration et de validation des travaux, qui sont laborieux :

  • Les revues fournissent une infrastructure pour l'examen par les pairs et le contrôle de la qualité. L'examen par les pairs basé sur des revues reste l'étalon-or actuel de la validation, malgré ses lacunes.
  • De nombreuses revues proposent des services de révision et d'autres services de production qui améliorent la version finale, ou Version of Record.
  • La visibilité du travail est favorisée par un large lectorat de la revue ou des fonctionnalités ajoutées à la revue (faits saillants, perspectives, coordination des communiqués de presse, etc.).
  • Un article peut s'améliorer grâce à des révisions et des corrections éditoriales.
  • Une revue peut fournir l'assurance que les auteurs se sont conformés aux normes du domaine pour les dépôts de bases de données, les divulgations de conflits d'intérêts et d'autres problèmes.

Europe PMC a commencé à indexer les prépublications en juillet 2018. Les prépublications sont également indexées dans des outils de recherche tels que Google Scholar, PrePubMed et les prépublications OSF.

Le 1er juin 2020, le NCBI a annoncé un projet pilote visant à inclure des prépublications financées par les NIH dans PubMed Central, en commençant, dans la première phase, par des prépublications pertinentes pour COVID-19.

De nombreux serveurs, y compris bioRxiv, prennent en charge les commentaires (voir les détails sous « autres fonctionnalités » dans le répertoire des serveurs de préimpression). Les articles sont également discutés sur Twitter et sur des sites et services indépendants tels que PubPeer, PreLights et PREreview (voir ReimagineReview pour des projets supplémentaires).

Certains serveurs de préimpression découragent les commentaires anonymes. Cela atténue les commentaires potentiellement préjudiciables, puisque l'individu est divulgué et devra s'en tenir à ses remarques. En effet, dans certains cas, un commentaire peut aider un article soumis (voir “ Une préimpression peut-elle aider ma soumission de journal ?“ ). Cependant, l'utilité et peut-être les conséquences imprévues des commentaires sur les serveurs de préimpression devraient être évaluées, en particulier lorsque davantage de données ont été acquises sur cette question importante. Les sources de commentaires reçues et souhaitées par les auteurs ont été documentées dans une enquête auprès des auteurs de bioRxiv.

Les éléments suivants ont été soulevés comme des conséquences négatives possibles des prépublications.

  • Les données de mauvaise qualité et non reproductibles seront publiées sous forme de préimpression.
  • Les scientifiques se précipiteront sur les données prématurément pour revendiquer la priorité et obtenir du crédit.
  • Les scientifiques essaieront de « ramasser mon travail » si je publie en tant que prépublication.
  • Les journalistes et autres non-spécialistes utiliseront les résultats sans reconnaître la nature provisoire des articles.

Les publications de mauvaise qualité, l'irreproductibilité et le ramassage sont déjà des problèmes avec notre système de revues, mais il n'y a actuellement aucune preuve que la situation va empirer avec les prépublications. La plupart d'entre eux (à l'exception de la recherche humaine) ont été testés avec la recherche en physique et ne se sont pas concrétisés avec arXiv et il n'y a aucune indication que ces problèmes font surface dans les prépublications de biologie. Voir le Q&A sur le scooping par Paul Ginsparg, fondateur d'arXiv.

En pratique, ces tendances sont atténuées par la puissante force motrice des scientifiques pour développer et maintenir une bonne réputation au sein de la communauté scientifique. La réputation est le facteur le plus important pour développer une carrière soutenue dans les sciences. Même pour les scientifiques qui expriment les préoccupations ci-dessus, lorsqu'on leur demande s'ils pourraient être tentés de se comporter de cette manière, ils répondent immédiatement « non ». En fait, dans certains cas, un travail de mauvaise qualité/irreproductible peut être repéré par la communauté et corrigé avant d'atteindre la publication finale dans une revue.

Notez que les préimpressions sont considérées comme une divulgation publique aux fins de brevetage. Voir « Puis-je préimprimer si je veux breveter mon travail ? » au dessous de.

Il existe de nombreuses options. bioRxiv a régulièrement augmenté le nombre de prépublications publiées par mois depuis 2014, et le Research Square, plus récemment lancé (alimenté par le service In Review utilisé par Springer Nature) s'est rapidement développé. medRixv est une sœur de bioRxiv qui héberge des prépublications cliniquement pertinentes. Chaque serveur varie dans sa portée disciplinaire, ses politiques de filtrage et de retrait et ses caractéristiques technologiques. Pour en savoir plus, visitez le répertoire du serveur de préimpression .

Vous ne le faites pas et vous devez être conscient qu'il pourrait être défectueux. Cependant, vous devez appliquer une méfiance similaire aux publications de revues, car l'examen par les pairs passe souvent à côté d'importants défauts dans les articles.

Les commentaires de pré-impression par des experts dans le domaine, que ce soit dans la section des commentaires du serveur de pré-impression, sur un site d'examen tiers ou sur les réseaux sociaux, peuvent aider à mettre les résultats en contexte.

Dans la communauté de la physique, les prépublications publiées sur arXiv établissent clairement la priorité de découverte car elles ont un horodatage, sont accessibles au public et sont largement citées (pour en savoir plus sur arXiv, voir les commentaires de Paul Ginsparg sur le ramassage). Un article sur le thème de la priorité dans la communauté des sciences de la vie par Ron Vale et Tony Hyman est paru dans eLife.

La plupart des revues autorisent la citation de prépublications dans la liste de références de l'article en question, de la même manière que les articles de revues. Le NIH a recommandé un format de citation de prépublication qui indique clairement le statut de l'œuvre en tant que prépublication et inclut son DOI . Bien qu'ArXiv n'utilise pas de DOI, ils ont leur propre système d'identification persistant .

Alors que tous les serveurs de prépublication pertinents pour les sciences de la vie permettent actuellement aux lecteurs d'accéder gratuitement au texte, de nombreuses prépublications ne sont pas conformes à la définition originale du libre accès, qui permet la redistribution et la réutilisation. Afin d'activer ces fonctions, les auteurs peuvent choisir d'appliquer une licence Creative Commons. Pour plus d'informations, consultez notre FAQ sur les licences de préimpression. De plus, certains serveurs de préimpression exigent que les lecteurs s'enregistrent avant utilisation (voir le champ « Enregistrement du lecteur » dans le répertoire des serveurs de préimpression).

Il existe des craintes légitimes que les serveurs de préimpression puissent devenir des lieux de publication et de validation de « pseudosciences », de résultats de recherche de faible qualité, ou même d'articles qui posent de graves problèmes d'éthique ou de sécurité nationale.

De nombreux serveurs de préimpression filtrent les papiers avant de les publier. arXiv a fait face à ces problèmes avec la science du climat et a largement réussi à bloquer ou à atténuer les problèmes liés aux tentatives de propagation de la désinformation.

Étant donné que l'impact public potentiel des articles pertinents pour la santé publique augmente les risques de publication d'informations trompeuses, le serveur de préimpression médicale medRxiv effectue un dépistage plus strict que bioRxiv. Bien qu'il existe des dangers inhérents à la distribution d'informations médicales pertinentes avant l'examen par les pairs, le serveur a également eu une influence sur l'augmentation des premiers retours et la visibilité d'importantes recherches COVID-19 et a donc joué un rôle majeur dans la réponse à la pandémie. Voir la ressource d'ASAPbio sur les préimpressions dans COVID-19.

De plus, certains serveurs de préimpression affichent des clauses de non-responsabilité en haut de chaque article pour indiquer clairement que les préimpressions n'ont pas été certifiées par des pairs. En fait, cela peut être beaucoup plus dommageable lorsque la désinformation est véhiculée par le biais d'un journal, qui porte un sceau implicite d'approbation de la communauté scientifique (un exemple est le lien entre les vaccins et l'autisme qui a été publié dans une grande revue médicale).

De nombreux serveurs de préimpression ont également des politiques sur le moment où le contenu peut être complètement supprimé pour des raisons éthiques ou juridiques. La fuite de données personnelles du site de rencontres OKCupid sous un prétexte scientifique fournit un exemple de comportement dans cette catégorie.

Pour plus d'informations sur le filtrage, le retrait/le retrait et les clauses de non-responsabilité, consultez le répertoire du serveur de préimpression .

Les prépublications, comme les articles de revues, sont considérées comme des divulgations publiques, ce qui peut affecter une demande de brevet. Par conséquent, si vous avez l'intention de déposer une demande de brevet sur les travaux divulgués dans votre document, discutez de la situation avec votre bureau de transfert de technologie avant la préimpression.

Avant la préimpression, nous vous suggérons de suivre les étapes suivantes :

  • Vérifiez les politiques de la revue sur quand et où les préimpressions peuvent être publiées.
  • Choisissez un serveur de préimpression. Tenez compte de la visibilité, des recommandations des bailleurs de fonds et des fonctionnalités telles que la préservation et l'indexation, qui sont cataloguées dans le répertoire du serveur de préimpression.
  • Choisissez une licence.
  • Faites participer tous les auteurs à la préimpression. Reportez-vous aux ressources du Centre d'informations sur la préimpression (y compris ces FAQ) pour répondre aux questions sans réponse.
  • Téléchargez tous les codes/données/réactifs que vous souhaitez partager dans les référentiels appropriés.
  • Publiez la préimpression !
  • Invitez vos commentaires via les réseaux sociaux ou par e-mail.

Préparez votre manuscrit aussi soigneusement que vous le feriez pour une soumission à une revue, sinon plus. Dans bioRxiv, toutes les versions soumises sont conservées et peuvent être consultées.

Contrairement à une soumission de revue, qui ne sera vue que par deux ou trois pairs évaluateurs anonymes, votre prépublication publiée est publique et la communauté scientifique sera en mesure de juger votre travail immédiatement. Ainsi, assurez-vous que votre préimpression répond aux critères de rigueur et de qualité auxquels vous aspirez pour vous-même ou votre laboratoire. Une préimpression bien construite vous aidera à bâtir votre réputation scientifique. En revanche, une prépublication soumise à la hâte avec des erreurs scientifiques (ou même des erreurs grammaticales) peut être préjudiciable. Un éditeur et les pairs évaluateurs peuvent aider à corriger les erreurs dans le cadre des services de soumission de revues cependant, pour une prépublication, la charge du contrôle qualité appartient aux auteurs. Nous recommandons aux auteurs soumettant d'effectuer un processus d'examen interne rigoureux, qui peut impliquer des membres du laboratoire ou des scientifiques extérieurs à votre laboratoire.

Assurez-vous également que la liste des auteurs fournit un crédit approprié aux contributeurs, comme vous le feriez pour un article de journal ou une soumission de résumé de réunion.

La publication sur plusieurs serveurs de préimpression peut poser des problèmes à la fois aux auteurs et aux lecteurs. Les auteurs peuvent avoir du mal à maintenir toutes les versions à jour, et cela peut entraîner la division des citations et autres mesures d'utilisation entre plusieurs copies, ce qui rend plus difficile le suivi des impacts en aval du travail. Les services d'indexation et les outils de recherche peuvent également être amenés à gérer les doublons, privilégiant potentiellement l'affichage de l'un par rapport à l'autre.

L'impulsion pour soumettre à plusieurs serveurs de préimpression est souvent d'augmenter l'exposition potentielle d'un papier. Cela peut être plus facilement accompli en partageant la préimpression avec des collègues par e-mail et sur les réseaux sociaux.

De nombreuses revues qui publient des recherches biologiques autorisent les soumissions de prépublications. Pour avoir une idée des politiques de préimpression, vous pouvez consulter SHERPA/RoMEO , Transpose ou la liste des revues universitaires de Wikipedia par politique de préimpression . Cependant, avant de soumettre un manuscrit, vérifiez toujours le site Web de la revue pour les changements récents ou toute nuance de sa politique.

Vous pouvez vous référer à la FAQ sur les licences et discuter de ces options avec vos co-auteurs avant de commencer le processus de soumission. Notez que le NIH a encouragé l'utilisation des licences CC BY, et nous n'avons connaissance d'aucune revue empêchant la publication de prépublications avec une licence Creative Commons. Vous pouvez voir quelles licences sont proposées par quels serveurs dans le répertoire des serveurs de préimpression.

Dans la plupart des cas, ils ont le même contenu. Cependant, la préimpression pourrait offrir plus de liberté en termes de format. Par exemple, le format de communication court de nombreuses revues a des directives strictes pour la longueur, la mise en forme et n'a souvent qu'un paragraphe d'introduction et de conclusion. Cependant, dans une prépublication, vous pouvez étendre l'introduction, la conclusion et les références pour fournir plus de contexte au travail. De plus, une préimpression peut être téléchargée dans un seul fichier PDF sans les formulaires compliqués pour télécharger des images séparées qui sont courantes pour les soumissions de revues.

De plus, les prépublications n'ont pas besoin d'être liées à la soumission d'une revue, ce qui signifie que vous pouvez publier un manuscrit scientifique complet et continuer à le réviser jusqu'à ce que vous soyez prêt à le soumettre à une revue.

Ceci est votre décision et dépend du moment où vous avez un travail scientifique complet prêt à être partagé. Dans de nombreux cas, lorsque le manuscrit sera également envoyé à des revues, les prépublications sont soumises à peu près au moment de la soumission de la revue. Plusieurs revues ont permis le transfert de manuscrits en un clic depuis bioRxiv. Certains scientifiques voudront peut-être publier une préimpression publiquement pendant quelques semaines avant de la soumettre et diriger leur communauté vers cette version pour obtenir des commentaires initiaux. Certains éditeurs invitent les soumissions à partir de serveurs de prépublication, et certaines revues ont même nommé des « éditeurs de prépublication » spécialisés pour effectuer ce travail.

Certains chercheurs peuvent décider de soumettre après avoir reçu la première série d'examens. Cependant, il est important de noter que certaines revues n'autorisent pas la soumission de nouvelles versions après examen par les pairs pour un examen continu par la revue.

Il est également important de prendre en compte la politique du serveur de préimpression. Par exemple, bioRxiv permet la soumission à tout moment avant à l'acceptation du journal, mais pas après. Si la version publiée sur un autre serveur est celle qui a été acceptée par un journal (équivalent à l'AAM, ou « manuscrit accepté par l'auteur »), cela est considéré comme un postprint au lieu d'un préprint. Vous pouvez vérifier les politiques des revues sur l'auto-archivage (également connu sous le nom de Green Open Access) sur les sites Web des revues et SHERPA/RoMEO.

Quoi que vous décidiez, il est préférable d'être transparent avec le rédacteur en chef de la revue à propos de votre prépublication en l'avertissant lorsque vous publiez ou dans votre lettre de motivation.

Une préimpression doit divulguer de manière juste et complète les données et les méthodes nécessaires pour évaluer et reproduire le travail, tout comme dans une publication dans une revue. S'ils sont correctement exécutés, les auteurs devraient également recevoir des crédits et être correctement cités pour leur découverte.Comme pour la question de mise en forme ci-dessus, une description plus complète aidera un scientifique à se forger une réputation positive pour une communication scientifique approfondie et ouverte.

Il s'agit d'une zone grise et qui pourrait changer avec le temps. Actuellement, les auteurs peuvent bénéficier du partage des réactifs, du code et des données après une publication avant impression, mais ne sont pas tenus de le faire, contrairement à la plupart des publications dans des revues. Le partage avant la publication peut amorcer de nouvelles collaborations, accélérer la découverte et également renforcer la réputation de coopération du groupe. Une vaste enquête menée par le Center for Open Science a révélé que les liens vers les données et les matériaux ont amélioré la perception de la crédibilité d'une préimpression.

Avec les préimpressions, il est simple de co-soumettre et de faire apparaître en même temps les travaux de différents groupes. En revanche, un journal peut ne pas vouloir les deux articles ou un article peut être retardé pour les demandes d'arbitrage.

La plupart des serveurs de préimpression permettent de télécharger de nouvelles versions du manuscrit. Ainsi, vous pouvez mettre à jour votre article sur la base de nouvelles expériences ou contributions reçues de la communauté ou par le biais d'un processus d'examen par les pairs basé sur une revue, sauf indication contraire par la revue. Par exemple, sur bioRxiv, il est assez facile de savoir quand une nouvelle version a été publiée, ce qui réduit les inquiétudes concernant les versions multiples. Cependant, l'original et toutes les versions ultérieures du document sont conservés et peuvent être consultés. La plupart des revues n'autorisent pas le téléchargement de la version finale éditée et approuvée par la revue. Veuillez vérifier la politique exacte de la revue à laquelle vous avez soumis votre travail.

Pour que les prépublications soient considérées comme des objets de recherche permanents pouvant être cités et utilisés pour démontrer la productivité pour des subventions ou des demandes d'emploi, les lecteurs doivent pouvoir les citer sans craindre qu'elles ne deviennent spontanément indisponibles. Par conséquent, la suppression des fichiers de préimpression est généralement réservée aux cas où il existe des problèmes éthiques ou juridiques importants avec le papier d'origine.

Au lieu de cela, la plupart des serveurs permettent aux auteurs de publier une nouvelle version d'une préimpression, qui est dans certains cas affichée de manière préférentielle même si l'ancienne version peut toujours être consultée et citée. Certains serveurs permettent le retrait des préimpressions (semblable à la rétractation d'un papier) en publiant une nouvelle version du papier qui est en fait un avis de retrait. Voir les détails sur la gestion des versions des serveurs et les politiques de retrait/suppression dans le répertoire des serveurs de préimpression.

De nombreux scientifiques travaillent dans le même domaine, et les articles de deux ou plusieurs groupes qui apparaissent dans un court laps de temps sont généralement reconnus comme ayant été réalisés indépendamment. L'avantage d'un preprint est que vous pouvez poster votre travail sans délai et donc proche de la date de publication de l'autre travail. Bien sûr, tous les manuscrits soumis (que ce soit à un journal ou à un serveur de pré-impression) doivent citer et discuter de manière équitable des travaux connexes, quel que soit l'endroit où ils apparaissent.

ASAPbio reçoit de nombreuses demandes de renseignements concernant les préimpressions et le « scooping ». Alors que les emplois et les subventions deviennent très compétitifs, les biologistes s'inquiètent de plus en plus du scooping, c'est-à-dire que leurs idées/résultats seront publiés par d'autres et qu'ils ne recevront pas une attribution appropriée.

Ici, nous essayons de décomposer la question du ramassage en scénarios et points de vue spécifiques. Cependant, il vaut la peine de faire précéder ces remarques que le scooping, bien qu'il puisse se produire, est moins répandu qu'on ne le pense. La plupart des travaux sont uniques ou suffisamment uniques pour que les préoccupations de ramassage ne compromettent pas la publication. De plus, même si les réactifs sont devenus plus disponibles et les dosages plus faciles à réaliser, la plupart des travaux ne sont pas si faciles à reproduire en quelques semaines par un scientifique sans scrupules.

La question clé est de savoir si les prépublications auront des conséquences non intentionnelles d'engendrer un mauvais comportement et de rendre les biologistes plus vulnérables au ramassage par rapport à une publication uniquement dans un journal. Notre argument est que cela est peu probable, et en effet il est probable qu'il y ait une plus grande protection et une plus grande équité dans l'établissement du crédit pour le travail en soumettant à la fois à un serveur de préimpression (pour une divulgation juste et opportune) et à un journal (pour validation par un examen par les pairs) , comme discuté ci-dessous.

Comme arXiv a une longue expérience et une longue expérience, nous avons posé la question suivante à Paul Ginsparg, physicien et fondateur du serveur de préimpression arXiv :

« De nombreux biologistes craignent d'être « écopés » s'ils placent leur travail sur un serveur de préimpression. Dans quelle mesure est-il courant pour quelqu'un de voir une étude publiée sur arXiv, puis d'essayer de précipiter son propre article dans une revue pour revendiquer le mérite et essayer de recevoir plus de reconnaissance pour son travail ? »

Sa réponse :

Cela ne peut pas arriver, car les envois arXiv sont acceptés en tant que revendications prioritaires horodatées.

J'ai fini par comprendre que les biologistes n'utilisent pas « scoop » au sens journalistique standard, où il désigne un fait divers exclusif d'une importance ou d'une surprise exceptionnelle, sans connotation contraire à l'éthique. Au lieu de cela, « écoper » dans le contexte de la recherche en biologie semble signifier utiliser des informations ou des idées sans attribution appropriée. C'est malhonnête, bien sûr, quelle que soit la source. De même, lorsque les biologistes sont décrits comme « compétitifs », cela connote apparemment une forme de comportement sans scrupules. J'avais longtemps répondu que les physiciens étaient aussi ou plus compétitifs, dans le sens où ils étaient impatients d'être les premiers à découvrir un nouveau phénomène et d'en obtenir le mérite, mais je précise maintenant que la compétition s'arrête généralement bien avant de tricher ou de voler. D'un autre côté, alors que la peur d'un tel comportement contraire à l'éthique peut sembler répandue dans les cercles biologiques, il n'est pas du tout clair à quel point le comportement est répandu dans la réalité, ou d'ailleurs le serait si les prépublications étaient largement disponibles.

Que les préoccupations soient ou non exagérées, cependant, la solution à long terme pourrait toujours être la publication systématique de prépublications et le consensus de la communauté sur le fait que cela compte pour la priorité intellectuelle. Il pourrait y avoir une phase intermédiaire de chapardage, mais quelques cas très médiatisés d'avertissement et de censure établiraient rapidement une éthique appropriée.

Une fois que les préimpressions atteignent un nombre plus élevé, une visibilité et une recherche plus facile au sein d'une sous-communauté, personne ne peut prétendre de manière plausible qu'il « ne l'a pas vu ». Vale et Hyman ont récemment discuté des principes d'établissement de la « priorité de découverte », dissociant la divulgation de la validation, et examinent comment les dates de publication des revues peuvent masquer la priorité.

La biologie se divise en sous-communautés dont la taille va de plusieurs centaines à plusieurs milliers de chercheurs, tout comme en physique et dans d'autres domaines de recherche, de sorte que les mécanismes d'autocontrôle peuvent être tout aussi efficaces.

Quant aux préoccupations selon lesquelles la recherche en biologie est fondamentalement différente des autres domaines, il existe de nombreuses idées ou calculs en physique théorique qui sont beaucoup plus faciles à reproduire et à revendiquer que ne le serait une expérience en biologie. Et diverses expériences sur table en physique de la matière condensée pourraient être à peu près comparables à celles de la biologie à cet égard.

Mais l'expérience a montré que des progrès inattendus ou rapides conduisent à une utilisation accrue de la préimpression au sein des communautés, précisément pour revendiquer la priorité, et que cette utilisation accrue reste la norme par la suite.

Cela arrive à chaque scientifique à un moment donné. Nous regardons PubMed ou examinons la dernière table des matières du Journal X et trouvons une étude similaire. Souvent, il n'y a pas de mauvaise intention, juste des laboratoires différents dans un domaine similaire qui convergent sur le même sujet. Naturellement, ce scénario peut être très décourageant pour l'étudiant ou le post-doctorant du « deuxième groupe » dont les travaux ne sont pas encore publiés.

Avec les préimpressions : Si le « deuxième » groupe est sur le point de terminer son travail, il peut alors publier ses conclusions sur un serveur de préimpression. La « première » prépublication ou publication dans une revue doit être citée dans cet ouvrage. Si le « deuxième » travail apparaît en quelques semaines, il est clair que ce travail a été réalisé indépendamment car le laps de temps entre les deux divulgations est trop court pour que le « deuxième groupe » ait initié et terminé l'étude de novo après l'annonce du premier article. Certaines revues proposent des politiques de « protection des scoops » qui honorent les revendications de priorité des prépublications même si de la littérature publiée est parue dans l'intervalle.

Sans préimpressions : Si le « deuxième » groupe essaie de faire sa divulgation dans un journal, alors la situation est moins prévisible. Premièrement, de nombreuses revues peuvent rejeter le travail sur le plan éditorial ou après examen par les pairs parce qu'il est trop similaire à un travail déjà publié (même s'il a été réalisé indépendamment et approximativement au même moment). De plus, la publication de la revue prendra du temps (potentiellement des mois), créant ainsi un intervalle de temps plus important entre la première et la deuxième étude et rendant plus ambigu ce que le deuxième groupe a réalisé indépendamment au moment de la divulgation du premier groupe.

Il s'agit d'une situation idéale et assez fréquente où deux groupes prennent connaissance d'un travail similaire et souhaitent « co-divulguer » ou « co-publier » ensemble pour obtenir un horodatage similaire.

Préimpressions : Cette situation est très facile à naviguer avec les prépublications, puisque la divulgation est sous le contrôle des scientifiques. Les groupes doivent simplement convenir d'une date à laquelle ils se soumettront à un serveur de préimpression. Les soumissions coordonnées reçoivent alors le même horodatage et sont mises simultanément à la disposition de la communauté scientifique. Il n'y a pas de tracas et pas d'imprévisibilité.

Journaux : Le même résultat peut être obtenu avec des revues, mais avec plus de difficultés et d'incertitudes, car :

  • Les différents groupes scientifiques peuvent décider de soumettre à différentes revues, en fonction de la préférence de la revue ou de la probabilité d'être accepté. La coordination de la date de publication entre deux ou plusieurs revues est possible mais devient souvent difficile. En général, une revue doit subir des pressions pour accélérer son pipeline de publication de peur d'être la deuxième.
  • Si elle est soumise à la même revue, la revue peut finalement décider de n'accepter qu'une seule des multiples soumissions étant donné les demandes d'espace de revue.
  • Le processus d'arbitrage peut être imprévisible dans la même revue ou dans des revues différentes, ce qui rend difficile, voire impossible, la coordination du timing. Un article peut également être rejeté à la toute fin du pipeline.

Imaginons un scénario dans lequel deux groupes avec des découvertes similaires soutenues par des données de qualité similaire se soumettent à deux revues distinctes en même temps. Pour un groupe, la revue envoie le travail pour révision, les critiques sont favorables et le travail est publié rapidement. Cependant, l'autre groupe est moins chanceux et soumis au « samsara » de resoumissions et de révisions, deux revues rejettent le travail et la troisième revue nécessite de longues révisions. Bien qu'imaginaires, la plupart des scientifiques ont fait une expérience encore mieux contrôlée en soumettant le même article et en obtenant des résultats différents - rejetés par la meilleure revue X et la meilleure revue Y, puis procédant rapidement à la publication dans la meilleure revue Z.

En se soumettant uniquement à un journal, le scientifique perd le contrôle du moment où sa découverte est rendue publique. Cette décision est prise par un rédacteur en chef de la revue. Dans certains cas, on peut avoir de la chance et on peut passer au travers. Dans d'autres cas, il peut avoir à subir de nombreuses séries de soumissions de revues et de révisions. Il existe également une perception et (peut-être une réalité) que les meilleurs scientifiques des meilleures institutions ont plus de facilité à publier rapidement leurs travaux dans les meilleures revues, tandis que les jeunes scientifiques et les scientifiques d'institutions moins connues peuvent avoir plus de difficultés. Les préimpressions assurent la transparence, l'équité et un calendrier de divulgation fiable.

De plus, les soumissions initiales de manuscrits aux revues sont perdues dans les archives historiques. Un scientifique ne peut pas prétendre « J'ai fait la découverte en même temps que le scientifique Y », mais mon article a mis plus de temps à être publié. Le processus d'examen de la revue se déroule "en coulisse", la communauté et l'histoire ne sauront jamais exactement ce qu'un scientifique a découvert ou comment les données ont été interprétées <u>quand</u> il/elle a initialement soumis le travail à une revue, il n'y a pas de dossier public de cette soumission. Peut-être qu'une injustice s'est produite lorsque le journal a retardé la publication, retardant ainsi la transmission d'une découverte importante. Cependant, il y avait peut-être des problèmes fondamentaux dans les données ou dans l'interprétation originale qui sont apparus au cours de l'examen. Nous ne savons tout simplement pas.

Bien que ce ne soit pas l'intention de cet article, l'article d'Eric Lander The Heroes of CRISPR (Lander, 2016 Cell) illustre le manque de fiabilité de l'utilisation de revues pour établir le moment de la divulgation avec plusieurs exemples :

«Mojica est sorti faire la fête avec des collègues autour du cognac et est revenu le lendemain matin pour rédiger un document. C'est ainsi qu'a commencé une odyssée de 18 mois de frustration. Reconnaissant l'importance de la découverte, Mojica a envoyé le document à Nature. En novembre 2003, le journal a rejeté l'article sans demander d'examen externe de manière inexplicable, le rédacteur en chef a affirmé que l'idée clé était déjà connue. En janvier 2004, les Actes de la National Academy of Sciences ont décidé que l'article n'avait pas suffisamment de « nouveauté et d'importance » pour justifier son envoi pour examen. La microbiologie moléculaire et la recherche sur les acides nucléiques ont à leur tour rejeté l'article. Désespéré et effrayé d'être récupéré, Mojica a envoyé l'article au Journal of Molecular Evolution. Après 12 mois supplémentaires d'examen et de révision, le document faisant état de la fonction probable de CRISPR est finalement paru le 1er février 2005 (Mojica et al., 2005) »

« Les auteurs ont proposé que le locus CRISPR servait à un mécanisme de défense – comme ils l’ont dit, poétiquement, « les CRISPR peuvent représenter un souvenir des » agressions génétiques passées « ». Les efforts de Vergnaud pour publier leurs découvertes ont rencontré la même résistance que ceux de Mojica. L'article a été rejeté des Actes de la National Academy of Sciences, du Journal of Bacteriology, Nucleic Acids Research et Genome Research, avant d'être publié dans Microbiology le 1er mars 2005.

Enfin, un troisième chercheur, Alexandre Bolotin, un émigré russe qui était microbiologiste à l'Institut national de la recherche agronomique français, a également publié un article décrivant l'origine extrachromosomique de CRISPR, dans Microbiologie en septembre 2005 (Bolotin et al., 2005). Son rapport a en fait été soumis un mois après la parution de l'article de Mojica de février 2005 – parce que sa soumission à une autre revue avait été rejetée.

« Siksnys a soumis son article à Cell le 6 avril 2012. Six jours plus tard, le journal a rejeté l'article sans examen externe. (Avec le recul, l'éditeur de Cell reconnaît que l'article s'est avéré très important.) Siksnys a condensé le manuscrit et l'a envoyé le 21 mai aux Actes de l'Académie nationale des sciences, qui l'ont publié en ligne le 4 septembre. mieux. Soumis à Science 2 mois après celui de Siksnys le 8 juin, il est passé en revue et est apparu en ligne le 28 juin.

Certaines revues, y compris les titres EMBO Press, offrent une protection contre les scoops au moment de la publication avant impression.

De nombreux physiciens, mathématiciens et informaticiens utilisent arXiv et comme l'explique Paul Ginsparg dans ses commentaires sur le scooping, il n'est pas plausible de prétendre que « je ne l'ai jamais vu ». Les prépublications subissent une transition dans certains domaines de la biologie où les nombres sont encore faibles et de nombreux scientifiques ne les connaissent pas. Cette situation changera probablement à l'avenir à mesure qu'ils seront intégrés à davantage d'outils de recherche et deviendront plus détectables. Cependant, même maintenant, les préimpressions sont des documents publics permanents avec DOI. Ils sont un enregistrement d'une réalisation qui peut être signalée à tout autre scientifique, citée dans des revues, et dans les demandes et rapports des bailleurs de fonds

Rien n'indique que ce type de comportement ait émergé dans les communautés de la physique, des mathématiques et de l'informatique à la suite de l'utilisation généralisée des prépublications. Les scientifiques ne publient pas rapidement des travaux de mauvaise qualité parce qu'ils craignent de développer une mauvaise réputation dans la communauté. De plus, si le travail est médiocre, il sera probablement simplement ignoré par le reste de la communauté. Une découverte n'est pas seulement un horodatage, il doit y avoir des données claires soutenant la découverte et une articulation claire de la nature de la découverte afin d'avoir un impact sur la communauté scientifique. Cela dit, les prépublications pourraient potentiellement permettre aux auteurs de publier (et de mettre à jour) des articles tout au long du processus de leur développement, leur permettant de partager leurs découvertes avec la communauté avant de les peaufiner en une histoire plus complète.

Un autre groupe publie une prépublication sur un travail similaire au mien. Je décide que je ne veux pas soumettre une prépublication mais plutôt aller directement pour une publication dans une revue. Les chances de ma publication seront-elles compromises par l'apparition de cette prépublication antérieure ?

Nous avons discuté de ce scénario avec plusieurs revues et la réponse reçue jusqu'à présent est que les éditeurs ne prennent en compte que les travaux évalués par des pairs dans l'application du critère d'originalité. Ils n'utilisent pas les préimpressions comme base pour décider d'envoyer ou non le travail pour examen et finalement l'accepter. Par exemple, la politique de préimpression de Nature Research stipule que « les manuscrits publiés sur des serveurs de préimpression ne seront pas pris en compte pour déterminer l'avance fournie par une étude envisagée dans une revue de Nature Research ».

Nous notons qu'ignorer intentionnellement et ne pas citer la prépublication précédente de manière appropriée dans son propre article de revue (ou prépublication) serait trompeur, car ce serait ignorer intentionnellement le travail d'un collègue scientifique afin de faire avancer son propre travail. Un tel comportement n'est pas toléré dans la communauté des physiciens (voir les commentaires de Paul Ginsparg). Il ne devrait pas non plus être toléré en biologie.

Les réunions scientifiques sont de plus en plus dominées par des données publiées ou à paraître (par exemple, des manuscrits acceptés). De nombreux scientifiques hésitent à partager des travaux à un stade précoce, même s'ils ont un manuscrit en main, car ils n'ont aucune idée du temps que cela pourrait prendre pour être publié. Les présentations et les affiches des réunions ne sont généralement pas citables et seul un nombre limité de personnes ont accès à l'exposé/l'affiche, ce qui rend difficile l'utilisation de ces formats pour établir la priorité. En revanche, une préimpression est un document public, accessible dans le monde entier et peut être cité. Ainsi, si un scientifique souhaite divulguer de nouvelles données lors d'une réunion scientifique, il a la possibilité de déclarer également ces données avant ou après la réunion sous la forme d'un pré-print. En revanche, si le travail présenté n'est soumis qu'à une revue, le temps jusqu'à la divulgation publique n'est pas certain.

Naturellement, la réponse est oui. Mais il en va de même pour une publication dans un journal. Une fois le travail rendu public, toute la communauté scientifique peut utiliser les nouvelles connaissances, c'est ainsi que l'entreprise scientifique avance dans son ensemble. C'est pourquoi les prépublications sont précieuses pour la science, la société, le public et les agences de financement qui paient nos salaires et permettent notre recherche.


Les serveurs de préimpression ne sont pas toujours mis à jour pour indiquer la publication dans une revue à comité de lecture

Dans les serveurs de préimpression que nous avons examinés, il n'est pas rare de ne pas indiquer qu'une préimpression a depuis été publiée dans une revue à comité de lecture.

Les éditeurs nous ont dit qu'il est essentiel de savoir quand une préimpression a été évaluée par des pairs et publiée. Les pairs examinateurs et les éditeurs doivent comprendre si une citation de prépublication a par la suite été publiée lors de l'évaluation d'une nouvelle recherche. Souvent, les éditeurs demanderont à l'auteur d'un article accepté de revoir les citations pré-imprimées et de les mettre à jour pour citer l'article final, si le contenu est sensiblement le même dans les deux versions. Il est également important que les futurs lecteurs sachent si une prépublication a été évaluée par des pairs et publiée dans une revue et, si oui, laquelle.

À qui incombe la responsabilité d'informer le serveur de préimpression qu'un article a été publié ? Les auteurs peuvent ne pas y voir leur responsabilité et, de toute façon, sont notoirement surchargés de tâches administratives. Ainsi, la notification et la mise à jour doivent être gérées via des flux de travail et une infrastructure de publication savante.

Considérez l'article "Caractéristiques sérologiques de l'infection par le SRAS-CoV-2 depuis l'exposition et l'apparition des symptômes". Il a été publié sur medRxiv le 27 mars 2020 et publié en ligne dans le Revue respiratoire européenne le 19 mai 2020. Au 8 septembre, medRxiv n'avait pas été mis à jour, et les métadonnées Crossref n'indiquent pas la relation entre ces éléments.

Les lignes de responsabilité pour la notification, les mises à jour du site Web et les mises à jour des métadonnées Crossref ne sont pas tout à fait claires, et c'est la cause de nombreuses déconnexions de métadonnées. Comme Beck et al., le notent dans le rapport de l'atelier ASAPbio, le problème peut être atténué si les éditeurs, les hôtes de serveur et Crossref travaillent ensemble pour identifier un ensemble clair de flux de travail qui minimisent la charge des auteurs et, dans la mesure du possible, automatisent métadonnées et mises à jour du site.


3 réponses 3

Si possible, vous devez citer la version officielle la plus récente (publiée, évaluée par des pairs).

Vous pouvez envisager de contacter l'auteur pour lui demander si la version arXiv diffère de quelque manière que ce soit qui pourrait avoir de l'importance dans votre contexte. Un bibliothécaire pourra peut-être aussi vous aider.

Vous pouvez noter dans votre bibliographie qu'une version d'article est également disponible sur arXiv.

Il s'agit d'une situation délicate connue, que j'ai souvent vue traitée de manière incorrecte (personnes citant la version publiée, mais signifiant en fait la version arXiv).

Ma façon personnelle de résoudre ce problème est la suivante : je cite la version publiée dans la bibliographie, mais lorsque je la référence réellement, j'ajoute une note de bas de page indiquant que je fais référence à la version arXiv. Ceci est honnête et aide le lecteur (qui a probablement les mêmes problèmes que vous pour trouver la version publiée). Certains éditeurs n'aimeront peut-être pas de telles citations, mais gardez à l'esprit que, tout comme vous, les lecteurs de votre article liront probablement sa version arXiv, donc quel que soit le gâchis que les éditeurs font de vos références aura un effet limité (et ne ce n'est pas de ta faute de toute façon).

Bien entendu, vous devez manipuler les préimpressions arXiv avec le soin habituel : dans la mesure du possible, vérifiez leur travail et signalez les erreurs qui pourraient entraver considérablement leur utilisation. De plus, comme l'a souligné @EthanBolker, c'est une bonne idée de contacter l'auteur pour lui demander la relation précise entre la version arXiv et celle publiée (et en suggérant subtilement de mettre à jour la première).

Dans les domaines où l'utilisation d'arxiv est standard (par exemple, la physique des hautes énergies ou l'astronomie), la pratique standard consiste à citer l'identifiant arxiv de l'article ainsi que toute référence de journal. (Les revues ont tendance à les supprimer lors de la publication, mais c'est vraiment leur problème.) Certains des services d'indexation de résumés les plus couramment utilisés dans ces domaines (par exemple, inSPIRE ou NASA ADS) fusionnent en fait automatiquement les enregistrements de la version arxiv et de la revue. . Par conséquent, si vous utilisez les entrées bibtex exportées à partir de ces services, vous obtiendrez généralement des entrées bibliographiques faisant référence à la fois à la version du journal et à la version Bibtex.

Ceci, bien sûr, ne s'applique que si vous êtes raisonnablement sûr que l'article sur arxiv et dans la revue sont en fait le même article (le même titre et les mêmes auteurs peuvent ne pas toujours suffire à le garantir). Dans de nombreux cas, cela est facile à dire car l'entrée arxiv aura un lien vers la version publiée (de nombreux éditeurs exigent en fait ce lien comme condition pour que les auteurs soient également autorisés à publier la pré/post-impression sur arxiv.) La présence d'un lien vers la version de la revue ne garantit pas que la version arxiv est identique (en termes de contenu) à la version publiée (bien qu'un nombre croissant d'agences de financement l'exigent désormais pour satisfaire leurs exigences en matière d'accès ouvert).

Dans le cas particulier présenté par l'OP, il n'y a pas de lien vers la version du journal dans la version arxiv. Par conséquent, nous ne pouvons pas être exactement sûrs qu'il s'agit du même article (bien que des résumés identiques et une longueur similaire rendent cela extrêmement probable). De plus, la version arxiv a été mise à jour après la publication de la version de la revue en ligne, ce qui rend très probable sa mise à jour pour correspondre à la version de la revue.


Intérêts concurrents

Jeroen Bosman et Bianca Kramer sont tous deux affiliés à la bibliothèque universitaire d'Utrecht qui soutient et promeut le libre accès et gère son propre référentiel. Ils dirigent également le projet 101 Innovations in Scholarly Communication et, à ce titre, sont également impliqués dans l'exécution du plan national pour la science ouverte des Pays-Bas.

Les contributions de l'auteur

Jeroen Bosman a conçu et conçu les expériences, réalisé les expériences, analysé les données, rédigé l'article, préparé des figures et/ou des tableaux, révisé les ébauches de l'article.

Bianca Kramer a conçu et conçu les expériences, réalisé les expériences, analysé les données, fourni des réactifs/matériaux/outils d'analyse, rédigé l'article, préparé des figures et/ou des tableaux, révisé les ébauches de l'article.

Dépôt de données

Les informations suivantes ont été fournies concernant la disponibilité des données :

Financement

Les auteurs n'ont reçu aucun financement pour ce travail.

J'ai trois problèmes majeurs avec ce manuscrit :

Premièrement, les auteurs décrivent cinq objectifs :

1. tester l'utilisabilité des nouvelles données et méthodes OA

2. explorer et présenter les données : afficher les niveaux de libre accès par domaine, langue, pays, institution, bailleur de fonds et sujet

3. suggérer des explications et poursuivre les recherches

4. montrer les utilisations applicables de cette méthode pour éclairer l'élaboration des politiques et surveiller leurs effets

5. suggérer des améliorations dans la disponibilité des données et les méthodes.

À mon avis, ce qui manque pour atteindre cet objectif, c'est la définition de l'utilisabilité et une description de l'utilisable dans quel but, une description de la façon dont l'utilisabilité est testée/mesurée et une description de quels critères, de préférence quantitatifs, sont utilisés pour une conclusion sur convivialité.

Je trouve dommage que ce manuscrit n'ait que l'ambition d'explorer et de présenter des données et de proposer des explications. Le travail bénéficierait d'hypothèses et de questions de recherche plus précises et vérifiables.

Deuxièmement, les auteurs décrivent un certain nombre de mises en garde (p9) qui .

La mise en garde 1c (couverture des RI par oaDOI) est un problème majeur pour les données présentées. Pour autant que je puisse en juger, les numéros OA verts pour les universités néerlandaises présentés dans ce manuscrit sont incorrects. Je soupçonne que cela est dû à une récolte incomplète des RI néerlandaises et les auteurs devraient vérifier cela. Sur la page 10, ils affirment que "les données OA vertes rapportées dans Web of Science sont limitées au vert uniquement, donc assez faibles". Cependant, les auteurs n'ont pas enquêté sur ce point et ne peuvent donc pas faire cette déclaration. Les universités néerlandaises déclarent également uniquement vertes et rapportent des pourcentages beaucoup plus élevés (jusqu'à 20 %). Pas "un effet minimal sur les niveaux globaux d'arthrose" Je m'inquiète de la façon dont cette mise en garde affecte les données présentées. Comme la couverture de l'oaDOI n'est pas claire et que les données sont largement présentées sous forme de pourcentages globaux d'arthrose, il est impossible d'interpréter les résultats.

En marge, à la page 29, les auteurs affirment que « le pourcentage global d'arthrose . pour toutes les universités néerlandaises, tel que rapporté par le VSNU. est cohérent avec le chiffre global pour les Pays-Bas dans les données WoS (tous deux 42%). Ce n'est pas tout à fait vrai. Dans les données WoS, les 42 % comprennent un pourcentage important de bronze OA. Toutes les universités néerlandaises n'incluent pas cette catégorie dans leur analyse. Idem pour l'OA verte non incluse dans un IR (mais dans PMC ou arXiv par exemple).

En ce qui concerne l'avertissement 2, les auteurs pourraient facilement quantifier l'impact de cet avertissement en comparant les résultats de l'outil OA dans WoS avec les résultats d'oaDOI, par exemple pour l'année dernière.

De même, mise en garde 3, l'impact de l'inclusion de l'ESCI froid peut être facilement testé en excluant l'ESCI de l'ensemble de données et en comparant les résultats avec l'ensemble de données complet.

L'avertissement 4 pourrait également être traité plus en détail. Les pourcentages d'or et d'hybrides ne devraient pas beaucoup changer avec le temps, et il serait intéressant de zoomer sur ces deux catégories. En outre, l'hypothèse selon laquelle cela a un effet à la fois sur le vert (en raison des périodes d'embargo) et le bronze (en raison des murs en mouvement) pourrait être étudiée plus en détail en examinant séparément les données longitudinales de ces catégories.

J'ai beaucoup de questions concernant la mise en garde 5. Par exemple :

- quelle instance du DOAJ est utilisée dans oaDOI ? l'année la plus récente uniquement ou des versions différentes pour des publications d'âge différent ? quelle en serait la conséquence ?

- les publications dans des revues qui ont été supprimées du DOAJ n'apparaîtraient-elles pas en tant qu'OA hybride ou bronze dans l'analyse ? ou ces journaux ont-ils également été supprimés de WoS ? quelle en serait la conséquence ?

Plus de détails dans la méthodologie et plus de sensibilisation dans la section résultats/analyse seraient précieux.

Rappel 6. Il serait instructif que les auteurs indiquent où le nombre de publications est faible et précisent le seuil qu'ils utilisent.

Le troisième problème que j'ai avec ce manuscrit est la qualité des données. Les données sont incorrectes pour la situation néerlandaise et cela ne me donne pas beaucoup de confiance dans les chiffres globaux dans d'autres pays, domaines, langues, etc. Avec différentes initiatives pour mesurer et présenter les informations OA, je me réjouis d'une analyse approfondie des nouveaux outils et bases de données , mais je pense qu'un problème important est la qualité des données, quelque chose qui n'est pas abordé dans ce manuscrit et c'est une véritable perte.

Réponse des auteurs : la réaction ci-dessus de Marjet Elemans met en évidence un certain nombre de problèmes. L'une des principales questions abordées est l'analyse des universités néerlandaises, les différences possibles entre ce qui est rapporté ici et ce qui est rapporté par les universités elles-mêmes, et ce que cela indique quant à la qualité des données et de la méthodologie utilisées ici.

Notre intention avec la section sur les données néerlandaises n'est pas de corriger ou de supplanter les décomptes OA des universités néerlandaises. Nous avons choisi les Pays-Bas pour les raisons évoquées dans l'article : la taille de ce sous-ensemble de données, les politiques néerlandaises de libre accès et notre connaissance du contexte national néerlandais. À notre connaissance, il n'y a pas de données ouvertes disponibles sur les niveaux d'accès libre tels que rapportés par les universités elles-mêmes, à part le pourcentage global d'accès libre signalé pour toutes les universités (42 %), ce qui est conforme à notre conclusion globale pour les Pays-Bas (bien que les chiffres ne puissent be compare directement car notre chiffre néerlandais inclut la production non universitaire). Il serait très bienvenu de pouvoir corroborer les données sur les différents types d'OA avec les données fournies par les universités elles-mêmes, surtout si celles-ci sont également accompagnées de descriptions complètes des méthodes utilisées.

Toute comparaison de ce type doit différencier soigneusement les différences causées par les définitions et les critères d'inclusion (c. qualité (c.-à-d. représentation des résultats de la recherche dans Web of Science et couverture et qualité de la récolte des référentiels institutionnels par oaDOI). Ces derniers sont reconnus comme des mises en garde dans le document et doivent en effet être gardés à l'esprit lors de l'interprétation des données, les premiers sont une question de définition, et non de données correctes ou incorrectes.

Ci-dessous, nous abordons les autres points soulevés un par un.

- concernant l'absence de définition de l'utilisabilité :

Nous convenons que nous devons élaborer sur la convivialité lorsque nous mentionnons cela comme objectif et nous le ferons dans une prochaine version du document. Pour l'instant, il peut suffire que lorsque nous parlons d'utilisabilité, nous nous référons à des problèmes tels que la transparence des données, les unités d'analyse qui ont du sens pour les questions/situations du monde réel, suffisamment de diversité pour que les comparaisons soient significatives, le degré auquel les décomptes peuvent être la facilité avec laquelle les comptages peuvent être générés, l'universalité de l'applicabilité concernant les pays, les domaines, les institutions, et enfin les coûts liés à la génération des comptages. Ajouté à cela, la convivialité ne serait finalement pas à nous d'en juger. Ce serait le degré auquel les données WoS/oaDOI fournissent des informations considérées comme utiles par les parties prenantes de l'OA elles-mêmes. Notre exploration peut les aider à porter ce jugement.

- concernant le manque de concentration sans hypothèses vérifiables :

L'absence d'hypothèses est une conséquence directe du choix de faire des recherches exploratoires, génératrices d'hypothèses. La raison pour laquelle nous adoptons cette approche est précisément parce qu'il s'agit de données nouvelles et incertaines présentées d'une manière nouvelle. Comme indiqué dans notre section de discussion, les tests d'hypothèses pourraient être effectués à un stade ultérieur. Le présent article pourrait éclairer ces efforts ultérieurs

Concernant les effets potentiels d'un décalage entre les mises à jour WoS et oaDOI, Elemans déclare que nous pourrions quantifier cet effet en comparant les résultats de l'outil OA dans WoS avec les résultats d'oaDOI. Cependant, ce n'est pas possible. La seule chose à vérifier est le décalage temporel actuel de la mise à jour WoS des données oaDOI, et les résultats dépendraient de l'endroit du cycle de mise à jour de oaDOI et WoS où se situe le moment de la mesure.

Techniquement, il serait en effet possible de contrôler l'effet de l'inclusion de la sous-base de données ESCI, et nous ferons peut-être cet exercice. Cependant, il est important de noter que (1) la couverture de WoS change constamment même sans ajout d'ESCI et (2) nous testons l'utilité du noyau WOS complet, de la manière dont la plupart des gens l'utiliseront. Nous avons également abordé plus en détail l'effet de l'ESCI dans les sections sur la langue et les pays.

Pour le souhait de zoomer sur les sous-catégories d'OA en or (or pur, hybride et bronze) : c'est justement pour cela que nous avons fait l'effort supplémentaire de discerner entre les différents types d'OA à l'aide du boîtier hollandais. Nous ne sommes pas tout à fait sûrs de ce qui manquerait à notre document à cet égard. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles l'or et l'hybride peuvent changer avec le temps : non pas dans le sens où un papier or ou hybride perdra ce statut avec le temps, mais dans le sens où les possibilités et les circonstances de publication de l'or et de l'hybride changent continuellement (transactions, fonds, niveaux APC, etc.). Les niveaux trouvés pour les années de publication passées pourraient en partie refléter ce genre de changements.

De plus, concernant les analyses de données longitudinales demandées : à proprement parler nous n'avons pas de données longitudinales : les données que nous utilisons doivent être considérées comme un instantané. C'est ce que fait la mise en garde 4. Nous avons examiné les données pour une gamme d'années de publication ventilées par type d'OA, ce que permettent les données disponibles.

oaDOI n'indique pas explicitement quelle version de DOAJ est utilisée et à quelle fréquence ils la mettent à jour. Étant donné que les données oaDOI sont censées refléter la disponibilité actuelle et non historique de l'OA, il est présumé que la vérification est effectuée par rapport à une version actuelle de DOAJ, et non à des versions distinctes de chaque année de publication. DOAJ fournit des informations sur le premier journal de l'année civile fourni du contenu en libre accès en ligne - on ne sait pas si oaDOI utilise ces informations, mais il serait en effet bon de vérifier avec eux.

Concernant l'effet des revues supprimées du DOAJ : si les articles sont toujours dans Web of Science et sont disponibles gratuitement sur le site Web de l'éditeur, ils apparaîtront comme bronze ou hybrides (selon les données de licence dans Crossref). Si les revues ont été supprimées de WoS, elles n'apparaîtraient pas du tout dans notre analyse (à partir du moment de la suppression, si des articles plus anciens restent). Cela pourrait entraîner une diminution des niveaux d'or pur (et une augmentation correspondante du bronze et/ou de l'OA hybride) ou éventuellement une diminution des niveaux d'OA globale, respectivement. Que ce soit une différence détectable par rapport aux niveaux actuels dépendrait du nombre d'articles dans ces revues dans un ensemble donné. À cet égard, il est bon de noter que Web of Science peut ajouter ou supprimer des revues, y compris des revues OA, à tout moment, et l'inclusion dans DOAJ n'est probablement qu'un facteur parmi d'autres.

Pour chaque unité d'analyse, les seuils retenus pour la sélection (nombre total d'articles et de revues sur la période 2010-2017) sont indiqués dans la partie méthodologie, le cas échéant. Aucun seuil supplémentaire n'a été utilisé pour le nombre d'articles et de critiques au cours d'une année de publication donnée. Tous les nombres absolus sont disponibles dans l'ensemble de données d'accompagnement.

Enfin : Elemans mentionne le manque d'attention à la qualité des données. Nous sommes très conscients des problèmes liés aux données, c'est exactement pourquoi nous avons formulé les mises en garde et pourquoi nous accueillons les commentaires et continuons à discuter de ces questions avec les fournisseurs de données.