Biographies

Messier: catalogues de nébuleuses et d'amas d'étoiles

Messier: catalogues de nébuleuses et d'amas d'étoiles


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Charles Messier (1730-1817) était un astronome français connu surtout pour avoir compilé le premier catalogue de nébuleuses et d'amas d'étoiles, et pour s'être systématiquement consacré à la recherche de comètes, en découvrant environ 13 tout au long de sa vie.

Entré à l'Observatoire de Paris avec vingt ans comme scribe, Messier se passionne pour l'astronomie et étudie sous la direction de Joseph Nicholas de l'lsle (1686-1768), il devient son assistant. Il se consacre immédiatement à la recherche systématique des comètes, découvrant en 1759 la comète de Halley et l'année suivante une nouvelle comète, qui reçut son nom.

La compilation du célèbre catalogue de nébuleuses et d'amas d'étoiles est née précisément de la nécessité de connaître exactement les positions et les formes de ces objets diffus, afin de ne pas les confondre avec les comètes que je découvrais. Le catalogue, qui contient une centaine d'objets, est toujours consulté par les astronomes aujourd'hui et constitue une référence fondamentale pour les amateurs.

Le premier objet inclus dans la liste était la nébuleuse du crabe, répertoriée comme Messier 1 (M1). En 1764, il devint membre étranger de la Royal Society. En 1765, il découvre l'amas globulaire M41. Pour l'année 1769, il a été accepté comme membre de l'Académie de Berlin par le roi de Prusse et sur la recommandation de La Harpe, il a été nommé à l'Académie de Saint-Pétersbourg en Russie. En 1769, il prend la décision de publier son catalogue qui compte déjà 45 objets. Il rejoint l'Académie Royale des Sciences à Paris en 1770.

En 1771, il a localisé quatre objets nébuleux M46 à M49. Plus tard cette année-là, il a découvert le M62. Au cours des années suivantes, la recherche d'objets nébuleux a diminué en intensité ne décrivant que M50 en 1772, et en 1773, il a trouvé un deuxième brillant compagnon d'Andromeda M110, mais, pour une raison non documentée, il ne l'a pas inclus dans le catalogue. Deux autres objets ont été décrits et inclus comme M51 à M52 en 1774.

Après trois ans de faible productivité, en 1777, il comprenait M53. En 1778, M54 et M55 ont été catalogués, qui avaient été précédemment enregistrés par Lacaille. En 1779, après la comète 1779 Bode à travers l'amas galactique de la Vierge, il a observé neuf objets (M56 à M63) et M64 en 1780. En 1780, il a trouvé M65 et M66 et quelques mois plus tard M67 et M68 avec lesquels il a complété la deuxième version de la catalogue publié en 1780 dans l'almanach français Connaissance des Temps.

Messier et Mechain, amis depuis des années, ont entrepris la recherche conjointe en obtenant, en 1781, une liste de 100 objets. Mechain a ensuite ajouté trois autres objets à la liste (Messier M101 à M103) et a lancé la troisième publication. Peu de temps après, Charles Messier a ajouté M104 et probablement aussi des positions pour les objets décrits plus tard comme M102 et M103, ainsi que la nébuleuse mentionnée comme M97.

En novembre 1781, son travail a été interrompu par un accident lorsqu'il est tombé dans une crevasse de glace, souffrant d'un traumatisme qui l'a handicapé pendant un an. À cette époque, en avril 1782, Mechain découvrit une autre nébuleuse qui devint le dernier objet Messier trouvé M107.

Le Catalogue a finalement été corrigé en identifiant au moins trois des quatre qui avaient été perdus et en ajoutant les dernières découvertes de Messier et Mechain (M104, M109). Une découverte non cataloguée a été ajoutée dès le XXe siècle, la M110.

Dans ses derniers jours, Napoléon a imposé la croix de la Légion d'honneur en 1806. À son tour, un vieux Messier a détruit une grande partie de sa réputation scientifique en dédiant la grande comète de 1769 à Napoléon, qui est né cette année-là. En 1815, il a subi un accident vasculaire cérébral. Après une longue convalescence, il décède le 12 avril 1817 à Paris. Il a été honoré à titre posthume par la communauté astronomique en plaçant son nom dans un cratère de la lune.

◄ PrécédentSuivant ►
Halley et les orbites des comètesLagrange et les mathématiques en astronomie